Simple IT à l’Université d’Eté du MEDEF 2012

Mercredi, jeudi et vendredi dernier, Pierre et moi sommes allés aux Universités d’Eté du MEDEF. Qu’est-ce que nous y faisions ? Et surtout : comment nous sommes-nous retrouvés là ?

Nous avons en fait eu l’opportunité d’y tenir en stand en tant que start-up, grâce au pôle de compétitivité Cap Digital auquel nous appartenons. En clair, il a suffi d’un e-mail, de découvrir que ce n’était pas trop cher, de réfléchir quelques minutes aux opportunités possibles sur place et de se dire « Tiens, si on y allait ? ». Et nous y sommes allés.

Pierre prépare le matériel

Pierre prépare le matériel

L’événement a eu lieu au campus de HEC au sud de Paris. Nous nous y sommes rendus en voiture (il a fallu en dénicher une !) en la chargeant d’une pelletée de Zozor en peluche. L’idée était de présenter le site à travers la mascotte du Site du Zéro. Nous savions qu’elle avait du succès sur les salons, et nous n’avons pas été déçus !

Qu’est-ce que les universités d’été du MEDEF ?

Très honnêtement, je ne savais pas réellement à quoi m’attendre en arrivant. J’avais entendu parler des Universités d’Eté les années précédentes à la télé et dans les journaux. Tout ce que j’en savais, c’est qu’on y réunissait chaque année des patrons qui parlaient entre eux de leur travail. Je savais aussi qu’il y avait régulièrement des personnalités politiques.

J’ai pu effectivement y découvrir que l’endroit était rempli de patrons d’entreprises de toutes tailles (nous étions à côté d’autres « startupers » comme nous) et qu’il y avait un beau défilé de personnalités : Jean-Marc Ayrault, Jimmy Wales (fondateur de Wikipédia), Fleur Pellerin, Najat Vallaud-Belkacem, Jean-Claude Mailly (secrétaire général de FO), Alain Juppé, Laurent Dassault, Nicolas Hulot… Bref : des politiques, des patrons et des entrepreneurs.

Nous avons effectivement eu droit à des discours politiques. Par exemple, celui de Jean-Marc Ayrault, lors de l’ouverture, était politico-politique et n’était pas franchement passionnant (mais il aura en tout cas fait à tous le plaisir de sa visite).

Zozor est prêt sur le stand

Zozor est prêt sur le stand

Qui a-t-on rencontré ?

Pierre et moi tenions un stand Simple IT où nous présentions le Site du Zéro. Nous avons notamment eu la visite de Xavier Bertrand (l’ancien ministre du travail voulait absolument 2 Zozors pour ses enfants !), de la présidente de la CNIL et surtout de la ministre de l’Economie Numérique, Fleur Pellerin, qui a pris la peine de discuter longuement avec chacun des exposants (un coup de chapeau, elle y a passé un moment !). Evidemment, Fleur est repartie avec un Zozor sous le bras pour sa fille. ;o)

Fleur Pellerin, un Zozor à la main

Fleur Pellerin, un Zozor à la main

Nous avons aussi pu échanger avec nos collègues entrepreneurs des stands d’à côté, découvrir nos points communs et nos différences, notamment quand il y avait moins de monde sur les stands.

La découverte des tables rondes

En fait, ce sont les nombreuses tables rondes qui ont suivi qui étaient de loin les plus intéressantes. A tour de rôle, Pierre et moi avons profité des moments de creux pour nous rendre à ces fameuses tables rondes. Il s’agissait d’échanger autour de thèmes, certes plutôt vagues, mais qui ont conduit à des discussions franchement sympathiques sur la robotique, l’égalité entre les personnes, le rôle de la rébellion dans la société… C’était l’occasion de découvrir les personnalités sous un autre prisme que celui des médias à travers lequel on les voit habituellement. Eh bien croyez-moi : ça change ! On découvre qu’ils sont des êtres humains comme vous et moi, qu’ils sont vraiment intelligents, qu’ils ont tous des points de vue intéressants et qu’ils sont capables de se respecter. Ce n’est malheureusement pas ce que vous avez vu à la télé. Rien que pour ça, je vous recommande d’essayer de vous y rendre à l’avenir. Les médias ont une tendance naturelle à forcer le trait des discours, à ne sélectionner que ce qui les intéresse, ce qu’ils ont envie de montrer. Je ne leur en veux pas spécialement, c’est comme ça qu’ils fonctionnent : ils donnent à voir ce qu’ils pensent que leurs spectateurs ont envie de voir. Mais ça n’élève pas le débat.

Cela a été aussi l’occasion pour moi de rencontrer des gens moins connus mais qui mériteraient de l’être plus : Mo Brahim, un entrepreneur africain aujourd’hui richissime qui se consacre à sa fondation pour l’Afrique avec une méthode étonnante (il donne directement de l’argent aux leaders africains quand ils réalisent de bonnes actions pour le continent !) ; le fondateur des Prisons du Cœur, un ancien détenu qui nous alerte sur les conditions de détention en France, parfois à la limite de l’inhumain ; André Brahic, un scientifique qui n’a pas sa langue dans sa poche et qui nous aide à voir plus loin que le bout de notre nez, en prenant du recul avec humour. Ces gens-là étaient franchement rafraîchissants.

Si vous avez un peu de temps, sachez que vous pouvez consulter les vidéos des tables rondes sur le site du MEDEF. Je vous recommande en particulier de visualiser celles avec les personnes que je viens de citer.

Commentaires ( 5 )

  1. Très bonne expérience a n’en pas douter, mais vous n’avez pas peur de vous voir coller une étiquette politique site a ce genre de salon ? Je veut dire par là, que aussi intéressant que soit ce genre de rencontre, vous risquez d’être affilié aux opinons politique des nom que vous avez citée.

    • Je ne vois pas comment, les gens qui sont venus à notre stand n’ont aucun rapport avec une quelconque opinion politique : ils sont venus, c’est tout !

      L’évènement est assez politique dans l’ensemble comme je l’ai dit dans le billet, il n’empêche qu’il valait le coup juste pour les échanges qu’il y a eu lors des tables rondes.

      • Je ne voulais en rien vous offensez. Mais je me posais juste la question, du danger en terme d’image. Je ne remet pas en cause l’intérêt de ce genre de salon, ni même la richesse qu’il en découle. Les hommes politique de tout bord sont des hommes de cultures. Mais je pose simplement la question du risque au niveau de l’image. Peut être est il inexistant, mais la question vaut quand même la peine d’être poser non ?

  2. Bonjour,

    Article très intéressant, et j’ai notamment apprécié le passage sur la vision des hommes publics (politiques, industriels…) qui nous est donné par la médias soit disant miroirs de notre société ! J’ai la chance d’avoir fait de grandes rencontres aussi, et de m’être rendu compte de cet incroyable distorsion entre la réalité et celle qu’en donne le médias : il y aurait matière à réflexion sur ce « pouvoir » dont la légitimité reste encore trouble à mon avis.

    Heureusement que le fait de rencontrer des personnalités de diverses opinions politiques ne nous rattache pas directement à leurs opinions, sinon le débat ne serait pas aisé !

Les commentaires sont fermés.