JavaScript, React.js… Les grandes évolutions du monde du développement par Christophe Porteneuve

On ne présente plus Christophe Porteneuve, expert en développement, en activité depuis plus de vingt ans. À l’occasion de la publication de son cours sur React.js créé pour OpenClassrooms, Christophe analyse les changements dans le monde du développement ces dernières années.


Cela fait plus de 10 ans que vous écrivez sur le JavaScript, comment voyez-vous l’évolution de ces technologies ?

Je fais en effet du développement web, à titre professionnel, depuis 1996 : l’industrie a énormément changé depuis.

Je retiens trois changements tectoniques :

  • La migration, finalement assez rapide, d’une approche desktop (même à l’époque du client/serveur) à une approche massivement en ligne, l’émergence du modèle SaaS (Software as a Service) qui domine aujourd’hui.
  • La domination, pas gagnée d’avance, de JavaScript. Ce que Sun voulait faire avec Java, JavaScript l’a réalisé.
  • Le tsunami Node.js, même s’il a mis quelques années à vraiment faire sentir ses effets.

Aujourd’hui, les standards du web évoluent à toute vitesse, et les différents navigateurs rivalisent d’énergie pour les prendre en charge au plus vite, souvent en amont de leur standardisation officielle.

JavaScript, lui, connaît des évolutions annuelles, souvent majeures. L’infrastructure du navigateur est devenue la plate-forme universelle, et JavaScript le langage polyvalent utilisable partout ; en particulier avec l’émergence de WebAssembly, les moteurs JavaScript sont la nouvelle « machine virtuelle » vers laquelle de nombreux autres langages amènent.


JavaScript était historiquement un langage “front-end” mais est aujourd’hui également utilisé côté serveur – je pense notamment à Node.js. Voyez-vous cela comme une bonne chose ?

En réalité, quand JavaScript est sorti, il proposait explicitement le front et le back (avec le Netscape Script Server, NSS). Mais la version back était du bricolage mal fichu.

À mon sens, Node.js est sans doute l’une des meilleures choses qui soient arrivées au monde du développement depuis des décennies. Ses impacts positifs ne cessent de se multiplier.

C’est un peu moins visible en France, un marché historiquement un peu à la traîne technologiquement, et la patrie effective de PHP. Mais c’est tout de même très sensible. Et aujourd’hui,  il est impossible de faire du dev, même strictement front ou desktop, sans avoir Node sur sa machine, d’une façon ou d’une autre.

Donc oui, Node.js est selon moi une excellente chose.️


Vous venez de sortir un cours sur React.js. Pourquoi est-ce la bonne technologie aujourd’hui ?

Cela fait déjà quelques années que c’est « la bonne technologie ». La déferlante React chez les grands noms du web s’est surtout faite entre 2014 et 2016, et il est désormais très installé.

React nous a tous fait redécouvrir la solution traditionnelle au développement applicatif riche : une approche composants, avec une bonne dose de programmation fonctionnelle. Sur le desktop, on avait déjà abouti à cette solution, et ce n’est que parce que le web a d’abord choisi une approche document, et non applicative, qu’on n’y est revenus que tardivement.

Aujourd’hui, la plupart des frameworks applicatifs front (React bien sûr, mais aussi Vue, Angular, Ember, Aurelia et j’en passe) adoptent tous plus ou moins cette approche ; la différence est souvent dans les détails, l’esthétique du code et l’expérience de développement.

Mais pour moi, les trois avantages majeurs de React sur tout ou partie de ces autres frameworks, ce sont :

– Sa facilité d’apprentissage (faible surface conceptuelle et d’API),

– L’énormité de son écosystème (pratiquement pas un seul grand nom du web qui n’utilise pas React, des dizaines de milliers de modules communautaires et des renderers pour à peu près toutes les plates-formes imaginables, du mobile natif au PDF en passant par le terminal, D3.js et LibreOffice)

– Sa nature éminemment dog-fooded (les principaux mainteneurs de React l’utilisant au quotidien, à très forte échelle, sur tous leurs projets critiques).

Quand bien même vos projets partiraient sur un autre (disons, Vue.js), React a atteint un tel statut de référence, presque un standard, qu’il est pratiquement indispensable de le connaître, ne serait-ce qu’à titre de comparaison.

Vous voulez aussi en savoir plus sur le cours sur React.js de Christophe ? Direction cet article ! 

Commentaires( 3 )

  1. C’est avec un immense plaisir au j’ai lu cette article, et découvers que finalement j’ai bien fait de concentrer mes efforts sur l’apprentissage et la consolidation de mes connaissances en JavaScript sur openClassroom et mozilla Développent network. Désormais pour moi, l’heure sera à l’apprentissage d’un framework front-end digne de ce nom, car j’ai déjà terminé le cours de Mathieu Nebra sur le nodeJS et fait quelques projets.

    • Merci pour ce commentaire constructif Julien. À bientôt sur OpenClassrooms, donc !

  2. Intéressant cet article. Merci de l’avoir partagé. Je pense en effet que l’avènement de NodeJS et le « rouleau compresseur » ReactJS marquent particulièrement le développement actuel, ou plutôt depuis 1 ou 2 ans. Le retard « français », nous le constatons tous régulièrement (offres d’hébergement, solutions tech,..) n’est pas inéluctable. La preuve en est avec cet article et son auteur!

Les commentaires sont fermés.