Pourquoi devenir mentor

Pourquoi devenir Mentor ?

On ne naît pas mentor, on le devient !

Qu’est-ce qui incite à devenir mentor ?

Nous avons posé la question à quelques-uns de nos plus anciens et fidèles mentors :

Qu’est-ce qui vous a incité à devenir mentor chez OC ?

 

Olivier : j’étais dans l’enseignement et l’informatique, à Strasbourg. J’aime bien apprendre, et j’ai suivi beaucoup de cours sur OpenClassrooms. Quand j’ai vu l’annonce de recrutement des premiers mentors il y a 2 ans, j’ai postulé. Cela m’a paru naturel : cela fait le lien entre mes deux métiers, l’enseignement et l’informatique. C’est aussi un complément de revenus.

Aurélien : je suis indépendant basé en Equateur depuis plusieurs années, mais je garde une grande partie de mon activité en France : j’y ai des clients startups et PME. Le mentorat sur OpenClassrooms convient à mon activité à distance. Je le fais parce que j’ai toujours aimé partager, transmettre – j’ai même formé moi-même des jeunes au développement informatique.
Je trouve aussi motivant d’appartenir à l’équipe d’OpenClassrooms, qui fait un travail extraordinaire dans l’éducation : je peux ainsi participer au projet, et partager avec d’autres mentors. Ca m’aide également à améliorer ma manière de travailler en tant que freelance.

Stéphane : j’ai été sollicité au départ par un ancien collègue qui travaillait chez OpenClassrooms, pour mentorer sur le parcours Gestion de projet. J’aime beaucoup la diffusion de connaissances, et le côté réseau social également, le partage entre mentors.

Séverine : moi j’ai fait un changement de vie, une reconversion dans le web : je me suis formée en partie sur OpenClassrooms, et j’ai été l’une des premières à suivre le premier parcours certifiant Développeur Web Junior sur OpenClassrooms. J’ai été sollicitée par Mathieu (Nebra, fondateur d’OpenClassrooms) pour voir si j’étais intéressée par le mentorat, lors de son lancement. Cela a été une opportunité d’entrer dans ce nouvel univers, et aussi de partager et de montrer à d’autres que c’était possible, en tant que femme, et en tant que personne pas très jeune (+ de 40 ans). J’aime partager mes connaissances, me dépasser, et aider les gens à changer de vie.

Quand on est mentor depuis 1 an, deux ans… est-ce qu’on continue pour les mêmes raisons qu’au départ ?

 

Guillaume : oui, j’aime toujours autant l’idée de partager des compétences, de former des élèves pour les amener le plus loin possible, et leur permettre d’être recherchés sur le marché du travail.

Benoît :  aujourd’hui, je consacre plus de temps au mentorat qu’au début. Et cela me plaît autant sinon plus :  j’ai moi aussi gagné en professionnalisme et j’ai enrichi ma connaissance des technologies abordées. J’ai enfin eu l’occasion d’accompagner des personnes très différentes, ce qui a enrichi mon expertise en tant que mentor.

Certains mentorés partent de zéro, sont en complète reconversion professionnelle.  C’est grisant de les accompagner : j’aime l’idée de casser les codes du système scolaire classique, de faire en sorte que tout devienne possible, d’aider tout un chacun à coder… avec un certain niveau d’exigence et de professionnalisme.

Philippe : mes motivations par rapport aux étudiants n’ont pas changé. La transmission du savoir est mon moteur. Je suis aussi un peu de la vieille école, je n’hésite pas à leur passer – gentiment – un petit savon quand ils n’ont pas travaillé – c’est pour eux qu’ils bossent.

 

Envie de devenir mentor à votre tour ?

Rejoignez-nous !

 

Commentaires( 5 )

  1. Je suis ravis de l’offre. Je serais très à l’aise d’avoir eu un moyen actif de former les citoyens en cassant le conformisme classique et archaïque qui prétend que sans les règles gouvernementaux, la formation aux métiers et à la science devient impossible; et que les diplômes dument reçu ne seront pas considérer sur le marché du travail.
    En remplissant mes coordonnées, j’ai eu une déception de voir que les bourses OpenClasseroom ne concernaient que les régions de la France, je vous demande d’ouvrir ces privilèges à nous aussi qui sont en réalité les pionniers de la formation universelle online.

  2. J’ai oublié de mentionner que je suis résidant du BURUNDI. Au cas ou je suis retenu pour bénéficier des privilèges de OpenClasrooms, je vais m’installer mon bureau de travail à BUJUMBURA la capital Et à Gitega, la deuxième ville du BURUNDI.

  3. Je suis prof d’hist-geo en Tunisie j’ai l’envie d’enseigner avec le TIC alors il est necessaire d’ameliorer mes competences. …aidez moi SVP

    • Bonjour,
      Vous pouvez tout à fait suivre nos cours gratuitement. N’hésitez pas !

Les commentaires sont fermés.