Jamais trop tard pour devenir développeur web, l’histoire de Yann

À 47 ans, Yann s’est d’abord demandé s’il n’était pas trop tard pour prendre une nouvelle direction professionnelle. Puis, il s’est convaincu qu’il pouvait encore terminer sa vie active en alignant ses aspirations et ses centres d’intérêts.

À l’heure où l’âge de départ à la retraite est au centre des débats, s’épanouir au travail est la meilleure façon de ne pas voir les années passer.

Les années 2000 et les prémices d’Internet

Initialement, Yann a obtenu un bac scientifique avant de suivre un IUT en techniques de commercialisation, puis de rejoindre l’école supérieure de commerce de Rennes et enfin un MBA à Londres.

Ce qui m’intéressait avant tout, c’était vraiment la création d’entreprise et l’esprit d’entrepreneuriat. C’était ma motivation.

 Il a ensuite multiplié les expériences dans le marketing et le commerce puis en 2000, il a créé sa propre start-up avec son frère : “Nous avons imaginé un site de comparaison de solutions télécom destinées aux entreprises, en B2B. Nous avions fait développer notre site par un développeur professionnel car nous n’en étions pas capables ».

C’était vraiment l’euphorie des débuts d’Internet, des levées de fonds, des business angels, c’était enthousiasmant, c’était la belle époque.

Très rapidement, un grand groupe espagnol rachète l’entreprise des deux frères, qui conservent la gestion de la filiale en France. 

C’est à ce moment-là que Yann découvre le développement web, le code et qu’il a un coup de cœur pour ce secteur d’activité. “Malheureusement, fin 2001, après quelques mois, les investisseurs ont décrété que ce n’était plus la mode de miser sur les start-ups de l’Internet et ils ont décidé d’en rester là alors que nous commencions à être rentables. Cela s’est avéré par la suite être un très mauvais choix de leur part.”

Yann rebondit et obtient un poste en gestion de données marketing chez Cisco Systems, où il restera trois ans. “Je devais intégrer les données dans Salesforce, et manipuler beaucoup de dossiers”.

Une reconversion dans l’immobilier

Suite à une rencontre, Yann a ensuite l’occasion de changer de cap à nouveau : “Je me suis associé pour monter une agence immobilière à la fin de ma mission chez Cisco. Je n’y connaissais rien mais mon associée m’a formé au métier ».

Je suis assez polyvalent, curieux, ouvert, j’ai imaginé que ce secteur pourrait me plaire également.

« J’ai donc cogéré cette agence dans le Val-de-Marne puis à Paris pendant près de 13 ans. À la fin, j’avais l’impression de stagner car je n’apprenais plus grand chose.”

Néanmoins, au cours de cette expérience, Yann est en contact avec des éditeurs de logiciels immobiliers et des développeurs web pour le site de l’agence. “C’est moi qui avais imaginé l’architecture du site mais ensuite pour changer le moindre mot, j’étais dépendant des développeurs car je ne savais pas coder. Cela a été comme un déclic, à un moment j’ai eu envie d’être capable de réaliser mes propres sites”, raconte t-il.  

Puis l’envie d’apprendre à nouveau

Après avoir revendu ses parts de l’agence immobilière, Yann fait ainsi le choix de revenir dans le secteur des bases de données et commence à s’autoformer.

Puis, son projet prend forme :

J’avais envie d’apprendre à nouveau et j’ai donc décidé de me former pour devenir consultant Salesforce.

« J’ai postulé auprès du FAFIEC (Fond d’Assurance Formation Ingénierie et Conseil) pour obtenir un financement, et ils ont accepté ma candidature pour une formation de trois mois en tant que développeur web. Au cours de ces trois mois, j’ai appris les bases de HTML5, CSS3, à utiliser WordPress. Comme par hasard, le premier projet était la création d’un site web pour une agence immobilière à Courchevel. J’y ai vu un signe !” Yann a entamé la formation développeur Web chez Openclassrooms en septembre 2019 et son financement est arrivé à échéance en décembre. Il a donc commencé à regarder les offres d’emploi pour développeurs Web tout en gardant pour ambition de boucler le diplôme dans les prochains mois. 

Yann est en formation mais il se tourne déjà vers sa prochaine expérience professionnelle : “Pendant plusieurs semaines, j’ai vu régulièrement la même annonce d’une entreprise qui recherchait des développeurs Web pour développer les sites d’agences immobilières. Même si je trouvais cela un peu prématuré car je n’ai pas encore toutes les compétences techniques, j’ai quand même décidé de postuler.” Yann a ainsi passé un premier entretien et obtenu des retours positifs sur son parcours. Il a été rappelé pour un deuxième entretien plus technique qui aura lieu prochainement. “Ils ne me prendront peut-être pas pour le poste de développeur car c’est encore un peu tôt mais je peux essayer de négocier le financement du reste de ma formation en alternance par exemple ».

Ce serait tout aussi positif car je souhaite continuer à me former continuellement quoi qu’il arrive.

**

Grâce à son propre site web, sur lequel il met en avant ses réalisations, Yann a également déjà eu des contacts de plusieurs entreprises pour de potentielles commandes. “Après tout, je pourrais presque aussi envisager de m’installer en freelance !” Son plaisir d’apprendre, sa volonté de revenir à son appétence pour le développement Web 20 ans après le lancement de sa première start-up, sont la preuve qu’il n’est jamais trop tard pour se former et faire ce qui nous plaît. Surtout lorsque toutes les planètes semblent s’aligner pour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles sur ce sujet