De commerciale à formatrice à 56 ans, la reconversion de Christine

Forte de 30 ans de carrière en tant que commerciale et responsable de ventes dans de grandes entreprises internationales, Christine Buquet vient à 56 ans de se reconvertir sur la formation en ligne Formatrice, enseignante de l’école en ligne OpenClassrooms. 

Son projet : transmettre son expérience de la vente à de futurs commerciaux, une activité qui donnera du relief à sa fin de carrière. Spoiler alert, Christine n’est pas seulement une force tranquille convaincue qu’on peut apprendre à tout âge, c’est aussi une personnalité optimiste, empathique et persévérante. Portrait.

Comment avez-vous choisi de bifurquer vers la formation « Formatrice, enseignante » d’OpenClassrooms ?

Il me restait environ un quart de ma carrière.

J’ai fait le point, en me rendant compte que je souhaitais faire quelque chose qui me plairait durant ces dernières années de vie professionnelle. 

J’adore transmettre. Je voulais donc, une fois sortie de l’entreprise, former aux techniques de vente. Pendant le confinement, je me suis retrouvée devant mon ordinateur et cela m’a obligée à me poser les bonnes questions. J’ai pris conscience que le métier de formateur était en pleine évolution et qu’il me manquait des connaissances et des notions de pédagogie. Je cherchais par exemple à améliorer mes compétences sur Excel. J’ai donc suivi un cours OpenClassrooms. A partir de là, beaucoup de choses se sont télescopées pour moi. 

OpenClassrooms m’a ainsi proposé le parcours de formatrice enseignante, 100 % à distance et financé, grâce à mon suivi avec Pôle emploi. J’ai passé l’entretien et puis j’ai commencé mon parcours de formateur le 25 juin 2020 pour une durée de 14 mois et l’ai fini à l’été 2021.

Votre dossier est déjà passé en jury donc ? 

C’est pour bientôt !

Le fait de passer une soutenance après chaque projet à distance devant un évaluateur est un exercice exigeant et stressant.

Au début, je n’appréciais pas forcément, et maintenant je me trouve beaucoup plus à l’aise. C’est fait pour gagner en confiance, car les retours sont justes et visent à s’améliorer. Ils sont formulés avec tact. Je trouve ce système très au point.

Le fait d’avoir une soutenance, cela permet aussi de prendre du recul sur ce qu’on a accompli. Expliquer pourquoi et comment on a développé une idée, je trouve cela génial. Cela renforce l’apprentissage.

Pourquoi souhaitiez-vous étudier avec OpenClassrooms ? 

Deux mois avant que je débute ma formation, j’avais conscience qu’il me manquait des compétences.

Je n’étais pas forcément douée à l’école, et je ne voulais pas retourner à la fac pour absorber énormément de théorie. Par contre, j’ai toujours pris beaucoup de plaisir dans ma vie professionnelle.

Je suis quelqu’un d’actif, qui aime prendre les choses en main. 

Le système proposé par OpenClassrooms, avec des missions par projet, où l’on nous apporte des connaissances théoriques couplées avec de la recherche d’informations par les étudiants, m’a plu. Par exemple, mon dernier projet est de concevoir et d’animer une formation. J’ai déjà trouvé mes apprenants, je les ai questionnés pour connaître leurs besoins et là, je suis en train de développer la formation que je vais leur proposer. 

Quels ont été vos rapports avec votre mentor ? 

J’ai un mentor une fois par semaine très bienveillant et très à l’écoute. C’est un expert métier. Il enseigne tout ce qui est techniques de vente et marketing dans une école de commerce à Lyon. 

J’aime bien prendre les devants, et il sait  me dire les choses, me guider. J’avais aussi tendance à m’éparpiller parfois, et il sait me recentrer, tout en restant bienveillant.

Quand je bute sur quelque chose, il me soumet d’autres pistes ou de nouveaux éléments de réflexion. Il ne reste plus que 2 sessions d’échange et je sais que cela va me manquer, il est prévu que nous restions en contact.

Les échanges peuvent aussi continuer au-delà de la formation. 

Bien sûr, nous pourrons toujours échanger sur des méthodes pédagogiques, un livre à lire.  

Et la communauté en ligne, est-ce que vous utilisez cet outil ? 

Oui, complètement. Je l’utilise, je m’y suis même fait des copines. Cela permet aux étudiants de confronter leurs idées, c’est très intéressant. Je tiens aussi à écrire à ceux qui ont validé un projet ou ceux qui arrivent sur le groupe. C’est important de les accueillir, parce qu’on peut se sentir parfois seul devant son ordinateur. 

Avec OpenClassrooms, on est en autonomie, mais je sais que derrière, il y a toute une communauté. En tous cas pour moi, c’est important. 

Et le lien entre votre ancien et votre futur métier ? 

J’ai des compétences : analyser les besoins d’un client, préparer une proposition, négocier… Mais transmettre ces notions, cela s’apprend. 

Pourtant, j’ai eu l’opportunité d’assister à des formations aux techniques de vente durant mon parcours professionnel. Pour partager ses connaissances, il faut se mettre à la portée de la personne, qui ne fonctionne pas de la même manière. Il faut avant tout comprendre l’autre et se mettre au niveau de ces compétences. 

Et justement, grâce au parcours OpenClassrooms, j’ai appris à utiliser des outils, des méthodes qui permettent de transmettre son savoir à des publics divers.

Qu’est-ce qui vous plaît dans la transmission ? 

J’ai du mal à l’expliquer. J’ai toujours été comme ça, j’aime beaucoup aider les autres.

Même avec un prospect par exemple, j’adore comprendre sa problématique et trouver une solution. J’adore échanger sur ce que je sais, surtout si cela peut aider. Je rends la pareille car j’ai pu avancer grâce à des personnes qui m’ont aidée ou inspirée. 

Vous arrivez à la fin de la formation : est-ce qu’un projet en particulier vous a marquée, quels sont vos projets de manière générale ? 

J’ai beaucoup aimé les projets pour lesquels je devais concevoir des outils de A à Z, ou encore élaborer des animations. 

Le projet dont je suis la plus fière, c’est celui pour lequel j’ai créé un cours en e-learning, en montant une vidéo. Je ne pensais pas être capable de le faire.

Trouver des solutions pour se filmer, sachant que je n’avais pas le matériel adéquat,répéter son texte et l’enregistrer, intégrer des photos et des mots-clés, transformer cela en vidéo… Cela m’a pris du temps, mais j’ai adoré cet exercice.

Un autre exemple de projet est lorsque nous avons dû analyser les résultats, suite à une formation en e-learning. L’analyse des statistiques permet d’avoir un retour constructif et de se poser les bonnes questions pour s’améliorer. 

Quelle est votre sentiment à l’aube de votre nouvelle vie professionnelle, Christine ? 

Tout cela m’a donné de la confiance, notamment grâce au cours “apprendre à apprendre”

J’avais une collègue qui pensait qu’à 40 ans, elle ne pouvait plus rien apprendre, ce que je trouve désolant. Bien au contraire, comprendre comment les choses fonctionnent, se découvrir soi-même, c’est une force incroyable et permet d’avancer.

OpenClassrooms m’a apporté cette confiance en moi, qu’on peut acquérir à n’importe quel âge. Beaucoup de personnes de mon entourage me trouvent courageuse de tout recommencer. Je trouve, au contraire, tout cela très simple et tellement motivant et je suis beaucoup plus sereine.

J’ai aussi acquis des compétences. Je suis désormais beaucoup plus à l’aise pour postuler à un job et je me sens beaucoup plus légitime. Le fait de soutenir des projets nous habitue à travailler sur le fond et la forme des sujets et à nous dépasser, à sortir de notre zone de confort. OpenClassrooms nous apporte des compétences qui sont d’actualité, avec des outils numériques pertinents. J’ai le sentiment d’avoir un coup d’avance maintenant. 

Quelle est la suite, juste après votre formation ? 

A 56 ans, il faut envisager différentes pistes. J’ai déjà trouvé quelques heures de cours à enseigner dans une école de commerce de Rouen dès septembre. Je vais aussi envoyer ma candidature spontanée dans des centres de formation continue. Le reste de mon temps j’aimerais travailler en temps partagé. C’est-à-dire quelques jours par mois dans des PMEs, comme commerciale Grands Comptes ou accompagner les commerciaux ou le dirigeant dans sa stratégie de développement commercial. Le temps partagé est une solution de plus en plus sollicitée par des PME. Celles qui n’ont pas le budget pour un responsable des ventes à temps plein peuvent ainsi bénéficier d’une personne avec des compétences.

J’ai aussi fondé il y a quatre ans une association qui s’appelle les “COP’ACTIV”. Il s’agit d’un réseau de femmes, gérantes, salariées ou en reconversion qui se réunissent pour échanger et partager. 

J’observe ainsi que beaucoup de femmes qui ont développé leur activité en micro-entreprise, parfois expertes dans leur domaine, peinent à gérer l’aspect commercial et ont des difficultés pour trouver des clients. J’accompagne huit de ces entrepreneuses pour organiser leur prospection téléphonique. Je trouve cela très bien de participer à une formation mais pour que les outils, les méthodes vues en formation soient utilisés avec automatisme, il faut de l’entraînement. L’idée serait de monter une structure pour accompagner ces femmes, autour d’une communauté : créer une sorte de SAV. 

Est-ce que vous souhaitez me parler de quelque chose de plus ? 

Je trouve que le  concept OpenClassrooms est vraiment proche du terrain et très concret.

Au début, je pensais que le site ne proposait que des parcours informatiques, que tous les élèves étaient beaucoup plus jeunes… Et puis en fin de compte, les parcours de chacun sont très divers, notamment ceux des formateurs enseignants.

Il y a par exemple des personnes comme moi qui ont acquis des compétences et qui souhaitent apprendre de nouvelles choses pour les transmettre ensuite à leur tour.

Quand je fais les bilans des dix projets, que je pense à mon parcours et à tout ce que j’ai pu apprendre… En une année, j’ai tellement appris et évolué ! Merci OpenClassrooms. 

Merci à vous ! 

Vous aimez le contact humain et la transmission, vous avez aussi cette envie de devenir Formateur/Enseignant ? Étudiez à votre rythme et bénéficiez d’un accompagnement personnalisé grâce au parcours d’OpenClassrooms. Ce parcours est finançable par Pôle emploi. 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Plus d'articles sur ce sujet