“Dès que j’ai été diplômé, les appels ont plu” Damien Vauchel, diplômé en développement d’applications PHP/Symfony

Damien Vauchel est diplômé du parcours Développeur d’Applications PHP/Symfony depuis avril 2018. Il raconte son expérience chez OpenClassrooms et donne de nombreux conseils aux étudiants.  

Comment as-tu choisi ce métier et cette formation ?

Je suivais depuis plusieurs années les cours du Site du Zéro, comme pas mal de gens de ma génération. J’avais un intérêt pour l’informatique, je consultais les forums quand j’avais un souci sur Windows, mais je ne m’étais jamais lancé.

Après quelques années en tant qu’opticien, j’ai voulu changer de métier. J’ai commencé à suivre les cours d’OpenClassrooms au magasin, lorsqu’il n’y avait pas de clients. Après quelques mois, je me lançais dans un parcours diplômant en développement PHP/Symfony.

Pourquoi as-tu choisi OpenClassrooms ?

J’avais grappillé pas mal de cours d’OpenClassrooms et je les trouvais bien fichus. J’avais touché à des technos différentes pour savoir ce qui me plaisait. JavaScript n’était pas mon truc ; et j’ai tenté Python, Java, PHP… PHP m’a beaucoup plu. Quand je suis arrivé sur de l’orienté objet, j’ai eu besoin de quelqu’un pour me soutenir. Ça se corsait !

J’ai choisi OpenClassrooms car je connaissais déjà les cours et qu’ils proposaient un mentor. Le fait d’être soutenu par quelqu’un qui connaisse le milieu a été déterminant.

Comment as-tu vécu la formation ?

Tout d’abord, je dois dire que j’ai mis 7 mois pour finir cette formation qui normalement dure un an. C’était intense ! Je travaillais près de 60 heures par semaine, 8 à 10 heures par jour, même certains dimanches.

J’étais vraiment motivé, mais ça a quand même été en dents de scie. Je travaillais énormément, et parfois c’était dur. J’ai plusieurs fois voulu arrêter, mais mon mentor et mes proches m’ont aidé à passer ces caps plus compliqués.

Sur l’un des projets, je me suis senti découragé parce que j’étais dans une impasse. Mon mentor m’a conseillé de tout reprendre depuis le début, et là je me suis rendu compte que j’avais fait des erreurs à la base. La deuxième fois, ça a bien été, et ça m’a permis de reprendre confiance en mes capacités à acquérir les compétences du parcours.

Sur ce projet, justement, j’ai changé de mentor. Mes deux mentors avaient des visions et compétences complémentaires : ça m’a aidé de les croiser. Ils étaient passionnés, ouverts d’esprit, et comme le second s’était lui aussi ré-orienté, ça m’a permis de relativiser et de prendre du recul pour réussir.

Que penses-tu de la communauté ?

J’ai beaucoup utilisé Workplace : c’est un outil super. Ça m’a aidé car c’est l’interface Facebook privée pour les étudiants, donc on peut demander de l’aide et les gens sont réactifs. Ça m’a aussi permis de systématiser ma veille technique : aujourd’hui, je la réalise encore en partie via cet outil.

Et en plus, les mentors sont aussi sur la plateforme, ce qui permet d’apporter leur expertise dans les discussions. Ces discussions plus avancées permettent d’aller encore plus loin sur un sujet et nous tirent vers le haut.

Comment s’est passée ta recherche d’emploi ?

De façon rapide, chose à laquelle je n’étais pas habitué. J’ai attendu la fin de mon parcours, puis j’ai mis sur LinkedIn l’annonce que j’avais validé ce parcours et que j’étais en attente de jury. J’ai été contacté par LinkedIn et Monster. Je me suis aussi inscrit sur RegionJobs.

J’ai eu une trentaine d’entretiens téléphoniques et j’ai passé 9 entretiens, sans jamais faire la démarche de chercher. Mon CV était sur des plateformes et les recruteurs venaient vers moi.

Dès que j’ai été diplômé officiellement, les coups de téléphone sont tombés les uns après les autres ! En une semaine, j’ai passé des entretiens dans 9 des boîtes qui m’avaient contacté. 4 recruteurs voulaient m’embaucher. J’ai pu choisir une entreprise jeune et sympa qui voulait bien continuer à me former. 

Et aujourd’hui, en janvier 2019, tu en es où ?

Depuis mai 2018, je suis dans une agence, on est une quinzaine de développeurs. J’ai déjà beaucoup appris parmi eux. Je me vois monter en compétences jour après jour et c’est très stimulant !

Tes conseils aux étudiants du parcours ?

  • Il ne faut pas lâcher ni tout voir en noir. À un moment, vous aurez probablement l’impression que cela n’avance pas. À la fin de mon parcours, j’ai refait le Projet n°5 où j’avais eu du mal. Et là, je me suis dit que mine de rien, j’avais fait un sacré bout de chemin.
  • D’où mon deuxième conseil, revenir sur les projets déjà validés pour ne pas perdre la main et acquérir des réflexes. Ça a bien plu aux employeurs quand je leur ai dit que j’étais repassé dessus pour ancrer mes compétences.
  • Ne pas sous-estimer la recherche par vous-même pendant la semaine. Dans mon nouveau job, quand je pose une question, mes collaborateurs me disent d’aller chercher dans la doc. Donc n’attendez surtout pas, pour vous former, pour chercher par vous-même, ce sera un atout précieux.
  • En entretien, ne pas mentir sur vos compétences. Si vous ne savez pas, les entreprises s’en rendront vite compte. Vous perdrez aussi une occasion de demander à l’entreprise de continuer à vous former, alors que c’est primordial. Moi j’ai dit que je n’étais pas au point sur JavaScript, mais que je voulais apprendre. Les employeurs ont apprécié ma franchise et mon humilité, et à présent je suis dans un environnement bienveillant pour développer mes compétences.
  • Ne pas vous dévaloriser. Certains employeurs voudront que vous vous bradiez parce que vous n’êtes pas un ingénieur. Dites-vous bien que vous avez des compétences solides, une pratique bien utile pour un premier poste, et qu’en plus vous savez vous débrouiller. D’ailleurs, vous ne devez pas hésiter à mettre en avance les compétences acquises dans une expérience passée : les qualités que vous avez obtenues en travaillant dans un autre secteur et sur un autre poste vous aideront aussi à convaincre un employeur de votre compétence et sérieux. Gardez confiance, et une belle opportunité s’offrira à vous au fil de vos candidatures.

À lire ensuite : 

[ La trajectoire de Mehedi – 5 conseils pour surmonter une pause ]
[ La trajectoire de Silvia – « Je n’aurais jamais pensé réussir à exercer le job de mes rêves » ]

 

6 Comment
  1. Bravo pour ta réussite pas forcément facile dans se genre d’étude.
    Oui lever les bras fais partir des gens sans volonté,Il faut savoir être fort ,puis rien de facile surtout en développement. Bravo tu es un exemple de courage. Serge

  2. Interview très intéressante, ton retour d’expérience va très certainement en encourager plus d’un à persévérer et merci pour tes très bons conseils (s’entrainer à refaire ses projets pour consolider ses acquis, l’état d’esprit débrouillard à adopter, rester honnête et humble sur ses compétences sans se dévaloriser pour autant). Bravo et bonne continuation ! Boris.

  3. Hey, very nice site. I came across this on Google, and I am stoked that I did. I will definitely be coming back here more often. Wish I could add to the conversation and bring a bit more to the table, but am just taking in as much info as I can at the moment. Thanks for sharing.

  4. j’aimerai juste avoir un conseillé programmeur ca de fois je débute avec la programmation mais aussitot que sa commence a tourner mal,j’abandonne,
    Mais ca meme de fois je resens l’envue la d’etre un programmeur!un jour je parviendrais je crois en ca!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles sur ce sujet