Construire l’argumentaire imparable pour décrocher votre job

Hourra ! Il semblerait que votre CV et votre lettre de motivation aient fait mouche. Vous êtes convoqué à un entretien d’embauche. Reste à convaincre le recruteur que vous êtes fait pour ce poste, et vite… Vous disposerez seulement de quelques dizaines de minutes pour vous vendre.

Pas de quoi se faire des nœuds au cerveau, une préparation méthodique en quelques actes peut vous permettre de faire la différence. Vous allez pouvoir orienter au maximum le déroulé de l’entretien afin de mettre en lumière les points forts de votre candidature. A vos marques, prêts, partez !

J-5, une préparation béton

A une petite semaine du rendez-vous, il est temps de s’attaquer aux étapes préliminaires.

La première consiste à rassembler un maximum d’informations sur l’entreprise. C’est la moindre des choses non ?

Quelques questions basiques :

  • Que fait-elle ?
  • Qui la dirige ?
  • Où est-elle située ?
  • Depuis quand existe-t-elle ?
  • Pourquoi cherche-t-elle à embaucher un nouveau collaborateur ?
  • Mais aussi : ses valeurs, sa culture, son logo, sa cotation en bourse s’il y a lieu, l’histoire de ses fondateurs, la diversification de ses activités…

Le site internet de l’établissement est votre mine d’or, sachez le défricher efficacement  : répertoriez les infos-clé sur une fiche synthétique sans toutefois vous égarer pendant des heures. Vous avez encore du pain sur la planche !

La deuxième est centrée sur la fiche de poste : nature de l’emploi et missions ne doivent pas avoir de secret pour vous. Tentez de visualiser votre future journée-type à partir de la fiche de poste. Essayez de lister les qualités correspondantes, elles découlent assez naturellement des tâches qui vous seront assignées, sous la forme de quelques adjectifs simples.

Exemple : réalisation d’analyses mensuelles chiffrées = candidat rigoureux, organisé.

Dans le but de construire un argumentaire efficace, demandez-vous d’ores et déjà comment vous allez pouvoir prouver que vous possédez chacune des compétences requises sur la fiche de poste. La constitution d’un catalogue d’exemples personnalisé est l’une de vos prochaines étapes.

La troisième concerne votre interlocuteur, si vous en connaissez l’identité. Qui est-il ? Quelles sont ses attentes ? C’est le moment de jouer (subtilement) aux détectives sur LinkedIn, sans virer au stalker non plus ! Vous pouvez également contacter des employés de l’entreprise pour échanger avec eux sur poste et jury, dans la mesure où cela reste subtil et ne les importune pas. Nourri d’informations recueillies en interne, votre argumentaire sera encore plus pertinent et circonstancié.

Enfin, il vous faudra articuler les qualités recherchées pour le poste avec vos expériences diverses (professionnelles mais aussi sportives, associatives, de voyage). Allez à l’essentiel : concentrez-vous sur 3 à 4 expériences maximum, variez les plaisirs et demandez vous en les sélectionnant quelles sont les plus différenciantes. Il est important de souligner, dans le récit des expériences que vous aurez choisies, ce que vous avez apporté; dans l’autre sens ce que l’expérience vous a appris et, bien sûr, le lien avec ce pour quoi vous êtes là le jour J.

Exemple : job étudiant = j’ai travaillé au guichet d’une banque.

  1. J’ai renforcé les effectifs de l’agence bancaire en période estivale pour lui permettre de fonctionner sans ralentissement et d’avancer sur des projets transverses.
  2. Cela m’a forcé à être ultra précis(e) et à manier les chiffres pour fermer le guichet sans erreur, jour après jour.
  3. Je suis un candidat organisé et rigoureux qui n’a pas peur de se frotter aux analyses requises.

Il vous manque des compétences-clé ? Vous avez beau chercher mais ne pouvez pas les illustrer à travers votre parcours ? 

Quelques pistes pour compléter votre argumentaire :

  • Faire preuve de proactivité : vous pourriez très bien suivre des cours ou faire une formation pour vous améliorer…
  • Démontrer  votre capacité d’apprentissage rapide par le passé : cette compétence n’est pas acquise mais pourrait l’être très bientôt
  • Réitérer (encore et toujours) votre motivation à vous dépasser pour correspondre au poste.

Jour J, dans les starting blocks, mais flexible

Soignez votre introduction. Vos premières paroles vont orienter le démarrage de l’entretien et tendre des perches au jury. Elle doit donc être à la fois courte et exhaustive. Si vous avez suivi les étapes de la préparation béton, elle devrait être relativement facile à dérouler. Si cela vous rassure, vous pouvez toujours l’avoir écrite et / ou répétée en amont.

  • Commencez par vous présenter, chronologiquement, en déroulant le plus clairement possible trajectoires académique et professionnelle.
  • Afin d’installer un sentiment de cohérence, citez une à une mais brièvement dans un premier temps les expériences marquantes que vous aurez choisi de développer par la suite.
  • Ne manquez pas d’exposer leur lien logique, qui fait que vous êtes là aujourd’hui. Enchaînez naturellement avec ce pourquoi vous voulez rejoindre l’entreprise et en quoi ses valeurs, sa vision résonnent particulièrement avec votre parcours.
  • Enfin, faites le lien entre ces deux premières étapes en montrant en quoi le recruteur et vous pourriez matcher à la perfection : faites-lui entrevoir votre valeur ajoutée et pensez à ce que ce job va pouvoir vous apporter.

Trouvez le bon ton. Valable tout au long de l’entretien et ajustable en fonction des réactions de votre interlocuteur : le bon équilibre consiste à se mettre en avant sans trop en rajouter, humble et conquérant à la fois !

Maîtrisez le jeu des questions-réponses. Votre introduction devrait avoir balisé le terrain : vous avez affiché un listing d’expériences intéressantes sur lequel le jury est susceptible de vous interroger. A priori vous visualisez bien les chemins sur lesquels il peut donc vous conduire et que vous pourriez aisément développer.

A quelques exceptions près, bien que rarement méchantes :

  • Attendez-vous à être interrogés sur d’autres points de votre CV, non abordés. Voilà pourquoi il peut être nécessaire de l’avoir légèrement adapté au moment de l’envoi de votre candidature. Mais a priori si vous avez jugé de bon de retenir telle ou telle information sur cette simple feuille A4, vous savez pertinemment pourquoi, n’est-ce pas ?
  • Soyez préparés à adresser la fameuse question des principales qualités et des vilains défauts à laquelle il vous faudra répondre sincèrement mais avec tact et self-marketing. Elle pourrait faire l’objet d’un article en soi…  Au-delà de la réponse, c’est souvent votre attitude qui est testée par ce biais : restez zen et soyez concret.
  • Ayez anticipé vos prétentions salariales.

Quittez la pièce en ayant demandé des précisions sur les prochaines étapes. Comme après une réunion de travail, essayez d’obtenir une suite, tout en remerciant votre interlocuteur de vous avoir reçu : sous quelle forme et sous quels délais reviendra-t-on vers vous ?

Cela peut enfin vous donner une occasion précieuse de réajuster votre argumentaire : “J’ai apprécié cet échange, je suis très intéressé(e) par le poste,  je ne voudrais pas partir sans vous avoir demandé si vous avez des doutes par rapport à mon profil :  y-a-t-il un élément qui ne vous a pas convaincu ? Votre dernière botte secrète pour un argumentaire plus que puissant.

À lire ensuite : 

[ CV : 8 conseils pour piquer la curiosité des recruteurs ]
[ Entretiens d’embauche : les pires et meilleures questions ]
[ Entretiens d’embauche : les secrets des meilleurs candidats ]
[ Comment préparer un entretien d’embauche ? Interview d’Honorine Jollans ]

À propos de Lou :

Lou est diplômée de HEC Paris en 2012. Elle a sept ans d’expérience en marketing dans le secteur du luxe (parfums et cosmétiques) et a récemment pris son indépendance comme consultante dans ce domaine.

Elle complètera son cursus avec une formation en naturopathie en 2019.

 

1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles sur ce sujet