De conducteur de trains à chef de projet digital, la trajectoire de Jérôme

 

Jérôme a un parcours atypique qui atteste d’une grande volonté et de beaucoup de détermination. Malgré les obstacles, ces qualités lui ont permis de créer sa propre entreprise de design digital, après une formation très riche chez OpenClassrooms. Une belle histoire et un message profondément positif !

De militaire à conducteur de trains

Jérôme est entré à l’armée à l’âge de 16 ans car ses parents ne pouvaient pas financer ses études. Il arrête donc l’école jeune et à 18 ans, et obtient son baccalauréat en candidat libre.

Après 7 ans dans l’armée de l’air, il devient conducteur de trains pendant un temps :

« À un moment, j’ai eu un souci avec mon employeur, j’ai dû démissionner ».

Pendant la période qui a suivi, j’ai fait une bêtise, je suis allé acheter du cannabis en banlieue parisienne et je me suis fait prendre par la police.

« J’ai obtenu du sursis et entre temps, pendant ma mise à l’épreuve, j’ai retrouvé un poste de conducteur de trains à l’essai chez Alstom. Je conduisais des prototypes et je testais les nouveaux modèles ».

Malheureusement, au bout d’un moment, j’ai arrêté d’aller aux convocations du juge et donc mon sursis a été transformé en quatre mois fermes.

Avec un casier judiciaire, Jérôme ne peut plus conduire de trains, il sait donc qu’il doit envisager une reconversion pour se réinsérer.

« L’incarcération a été le point de départ d’une nouvelle vie. Je me suis dit que je ne pouvais pas tomber plus bas, que j’allais devoir rebondir. »

Depuis tout petit, j’ai une appétence pour le dessin et le design. Et même lorsque j’étais à l’armée, j’ai continué à suivre des cours d’arts plastiques et d’Histoire de l’art. J’ai réfléchi au métier qui pourrait être viable dans ce domaine et designer digital m’a semblé correspondre en tous points à mes compétences : à mi-chemin entre le créatif et la technique acquise dans l’armée de l’air et lors des essais chez Alstom.

« En prison, nous n’avions pas d’ordinateur, mais j’ai commencé à faire des maquettes de sites Internet sur papier, et j’ai développé des idées pour mon futur site. »

Reprendre confiance grâce à la formation OpenClassrooms

En 2015, François Hollande annonce un accès illimité aux formations d’OpenClassrooms pour les demandeurs d’emploi.

C’est à cette occasion que Jérôme découvre la plateforme : « J’avais entendu qu’OpenClassrooms était présenté comme l’école du futur et c’est même ce discours de François Hollande qui m’a aidé à convaincre ma conseillère Pôle emploi de me financer la formation.

À ce moment-là, OpenClassrooms organisait un partenariat avec la région Grand Est et j’ai été sélectionné pour intégrer le formation de chef de projet digital ».

Je suis tombé sur une mentore géniale, qui m’a aidé à remettre le pied à l’étrier.

« Elle m’a accompagné moralement et m’a encouragé au-delà des simples compétences techniques. J’ai appris le langage JavaScript, la gestion de projet. »

Jérôme suit donc une formation d’un an, qu’il boucle en effectuant un stage de trois mois dans une société de production audiovisuelle : «  J’y ai créé des hologrammes, des vidéos, j’ai obtenu un contrat pour créer un motion design pour Accor Invest, c’était vraiment une bonne expérience. La formation OpenClassrooms est vraiment moderne, actuelle, c’est un format idéal pour les gens qui ont un minimum d’envie et c’est d’une rapidité incomparable. »

Une création d’entreprise réussie

Jérôme termine sa formation chez OpenClassrooms en mars 2018, puis décide de créer sa propre entreprise grâce à un financement de l’Adie. 

« Je propose un multiservice design. Je suis installé en pleine zone rurale et mon objectif est de devenir la référence dans le domaine pour les trois villes moyennes aux alentours : Bar-le-Duc, Saint-Dizier et Vitry-le-François. Je veux être viable tout en restant local. »

Grâce à la formation et l’apprentissage du langage propre à la gestion de projet design et digital, Jérôme se sent tout à fait crédible auprès de ses clients. « La formation m’a donné les bases, et dans le design il faut connaître les règles pour pouvoir s’en écarter.

Ma cible est intéressante, ce sont de petits clients qui ont besoin de création de contenus et d’une stratégie digitale régulièrement, plutôt que de maintenance, et qui ont aussi parfois besoin de formation : donc, je les accompagne.

Par exemple, mon premier client était un restaurant, l’Ancre d’Or. Je lui ai créé un logo, un site internet, j’ai mis en place des comptes sur les réseaux sociaux, et j’ai réalisé le site. J’ai également accompagné le restaurant lors du changement de propriétaire, et les nouveaux propriétaires ont souhaité continuer avec moi aussi.»

Jérôme répond à de vrais besoins et il a même été remarqué par la mairie de son village, Pargny-sur-Saulx, qui lui a proposé un accord pour obtenir un bureau dans la mairie à prix réduit en échange de ses services pour le compte de l’administration.

« Il s’est écoulé quatre ans depuis mon incarcération, ça a été un long combat mais je suis très heureux de voir qu’aujourd’hui tout se met en place.

J’ai appris qu’il ne fallait jamais rien lâcher. Car même si on vous dit non, vous savez qu’il y a une petite porte accessible malgré tout, et qu’il faut donc vous y engouffrer. »

Pour aller plus loin, renseignez-vous sur le parcours diplômant UX designer. 

 

 

À propos d’Aglaé : 

Aglaé est auteur-rédacteur. Elle a fondé Word Shaper, une agence créative qui propose des services d’écriture, de consulting et de conception.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles sur ce sujet