Comment devenir développeur ?

Le métier de développeur est de plus en plus demandé par les entreprises et pour lequel de plus en plus de personnes se forment. Mais comment devient-on un bon développeur et quelle est la meilleure façon d’apprendre ?

Adrien Guéret est développeur front-end chez OpenClassrooms. Il nous a partagé sa vision du métier et quelques conseils pour les développeurs en devenir.

 

L’envie d’avoir envie

De nombreuses formations existent pour se familiariser avec le développement web et elles n’exigent généralement pas d’autres pré-requis que d’avoir un ordinateur qui fonctionne.

Cependant, pour Adrien, ce qui fait la différence et permet de se distinguer des autres, est d’être passionné par le sujet : “Je trouve magique de pouvoir construire quelque chose, de coder puis de voir des choses apparaître et de pouvoir interagir avec. On ne peut pas tous être passionnés mais si on ne l’est pas, ce n’est pas la bonne démarche selon moi. Il faut être prêt à investir du temps, à passer sa journée devant l’ordinateur, à éventuellement avoir des projets persos en dehors du travail.

Au-delà d’une bonne formation ou d’un diplôme, ce qui fait la différence sur le marché, c’est de pouvoir présenter un book de projets déjà réalisés pour montrer sa motivation.”

S’il y a des bases théoriques à connaître, pour le métier de développeur, rien de plus efficace que la pratique. Le premier site qu’a créé Adrien était un fansite autour du jeu vidéo Super Mario : “Sur mon ordinateur, j’avais une page de tutoriel, une page de code et la page du site, et j’avançais comme cela pas à pas. Le site était horrible mais il fonctionnait et c’est comme ça que j’ai appris beaucoup plus qu’au cours de ma formation à SUPINFO. Se lancer dans son propre projet permet de faire face à ses propres limites, ses propres problématiques, ça motive.”

Le goût des problèmes & le mythe du canard

Selon Adrien, il y a deux qualités essentielles à avoir ou à acquérir pour être un bon développeur : être patient et curieux.

Ça arrive très souvent qu’on bute sur des problèmes, qu’on ne comprenne pas, qu’on doive se remettre en question et il faut aimer ça. Hier par exemple, j’ai passé la journée sur un bug que je ne comprenais pas et donc que je n’arrivais pas à résoudre.

Mes collègues n’ont pas réussi à m’aider, en faisant des recherches sur Internet, je n’ai pas trouvé la solution non plus car le problème était trop spécifique. Donc, c’était vraiment à moi d’analyser la situation, d’avancer pas à pas pour comprendre ce qui n’allait pas et trouver mon erreur avec du recul.

La clé pour devenir développeur, c’est persévérer, ne pas se décourager même comme les résultats ne sont pas immédiats, avoir confiance en sa capacité à trouver des solutions et ne pas douter de ses compétences au premier obstacle rencontré.

Dans le milieu, le mythe du canard illustre justement à quel point le métier de développeur repose sur la résolution de problèmes avant tout : “Souvent, quand on est bloqué seul devant un problème, on a la tête dans le guidon et on tourne en rond sans réussir à comprendre. Du coup, on recommande d’avoir un canard en plastique, ou une peluche, ou simplement un objet intermédiaire à qui on va parler et exposer le problème. Généralement, le simple fait d’énoncer le problème à voix haute permet de percuter et de cibler là où cela bloque. Cela paraît simpliste mais c’est très efficace et nous permet de ne pas déranger ses collègues à chaque fois que l’on rencontre une difficulté.”

Veille et formation en continue

Le domaine du développement web est en plein essor en ce moment et c’est un milieu qui évolue très rapidement. Il est donc essentiel pour un développeur de rester en veille permanente et de toujours chercher à actualiser ses compétences.

Adrien le constate et l’explique bien :

Même si le poste est similaire, le métier que je fais aujourd’hui n’a rien à voir avec le métier que je faisais il y a encore trois ans. Ce n’est pas la même technologie, pas la même philosophie, donc c’est important de se remettre sans cesse en question et de rester à la page. On peut être bon dans un domaine mais toujours avoir l’humilité de se dire qu’on a encore des choses à apprendre avant d’être un expert. Aujourd’hui, je vois des seniors en recrutement, ils n’ont pas su évoluer et ils sont bloqués dans ce qu’ils savent faire sans pouvoir s’adapter au marché actuel. “

Indispensable donc pour un développeur de ne pas se reposer sur ses lauriers et d’être suffisamment passionné et curieux là encore, pour ajuster ses compétences continuellement.

Pour aller plus loin :

  • Adrien recommande la newsletter de React : http://reactjsnewsletter.com/.
  • À suivre aussi, les comptes Twitter : @JavaScriptDaily ; @css ; @the_jsf ; @LeaVerou.

À propos d’Aglaé : 

Aglaé est auteur-rédacteur. Elle a fondé Word Shaper, une agence créative qui propose des services d’écriture, de consulting et de conception.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles sur ce sujet