La check-list des bonnes pratiques à adopter entre deux entretiens

Entretien 1, done. Plié ! Révolu ? Pas tout à fait car, si c’est une bonne chose de faite… vous êtes dans l’attente du suivant ou bien bingo, vous avez été rappelé suite à votre formation en ligne chez OpenClassrooms pour un deuxième entretien. Patience ou bien joué, mais dans l’intervalle, vous ne comptez tout de même pas en rester là ?

OpenClassrooms vous explique point par point comment profiter des quelques jours qu’il vous reste pour mettre toutes les chances de votre côté et relancer intelligemment votre interlocuteur.

Pour élaborer cette check-list, nous avons sollicité les lumières d’une experte, Marion Comolet, membre de l’équipe Talent Solutions chez LinkedIn anciennement RH responsable du recrutement chez Parfums Christian Dior (LVMH).

“Avant toute chose, demandez au recruteur de s’avancer sur un calendrier de recrutement. Une fois qu’il s’est engagé sur une date maximale de retour, il vous sera plus facile de relancer et surtout de savoir quand le faire. »

Maximiser ses chances

Renforcer son CV a posteriori

Vous avez une faiblesse sur un point par manque de connaissances ou d’expérience sur le sujet ? Il vous reste quelques jours pour rectifier le tir et prendre les devants en suivant – pourquoi pas ? – un cours en ligne !

“Par exemple on a testé votre niveau en espagnol, vous n’avez pas été satisfait(e) de votre performance, vous pouvez parfaitement expliquer que vous êtes prêt(e) à entreprendre des démarches pour vous améliorer. Attention cependant à ne pas focaliser l’attention du recruteur dessus, il avait peut-être trouvé votre niveau suffisant. »

Prouver sa proactivité

Vous pouvez également vous inscrire à une formation qui démontrera votre proactivité lors du prochain round. Vous pourrez ainsi revendiquer une corde de plus à votre arc, à venir très prochainement.

Ne pas proposer l’irréalisable toutefois, vous ne pourrez pas apprendre à coder d’ici l’entretien suivant.

Booster votre préparation

Vous en voulez encore plus sur les subtilités du poste, de l’entreprise, du secteur ? Vous avez la possibilité d’interroger des salariés, en restant bien entendu courtois et respectueux de leur temps. Privilégiez pour cela de courts entretiens téléphoniques ou des messages LinkedIn ciblés.

Relancer avec pertinence

Remercier, tout simplement

Simple, rapide, efficace.

On pense que tous les candidats font des mails de remerciement mais je peux vous assurer que ce n’est pas le cas.

Poser des questions appropriées

Votre interlocuteur ne pourra pas vous reprocher de vouloir prolonger la discussion, à condition que vos interventions soient à propos. Que ce soient des questions qui vous taraudent a posteriori…

Ou des références “clin d’œil”

Article intéressant reprenant un sujet abordé, documentation diverse (liens, vidéos…) : posez-vous toujours la question de leur valeur ajoutée pour votre interlocuteur. Si celle-ci vous paraît élevée, vous pourriez bien faire la différence avec ce genre de propositions : elles suggèrent ce que vous pourriez apporter à l’équipe par la suite !

“Certains recruteurs ne souhaiteront pas nécessairement ces informations, d’autres les apprécieront, l’important est de comprendre leurs attentes. Une excellente candidate que j’ai rencontrée il y a quelques années m’avait fait suivre après un entretien un livre qu’elle lisait sur les enjeux d’un nouveau secteur pour lequel je recrutais. Ce n’est pas la raison pour laquelle elle a été recrutée mais c’est un petit plus non négligeable !”

Les limites de l’exercice

“Ce genre de relance se fait par mail, il faut savoir que les processus de recrutement sont toujours plus longs que prévu, il est donc nécessaire de relancer de façon professionnelle, calme et bienveillante vis-à-vis du recruteur.”

Time is the limit!

N’abusez pas du temps de vos interlocuteurs. Le principal écueil à éviter ? L’effet pot de colle. Qui voudrait d’une sangsue dans son équipe au quotidien ?

Précision, concision, pertinence

Prenez ces trois conditions comme un triangle d’or pour vos interventions entre deux entretiens. Demandez-vous toujours si ce que vous vous apprêtez à envoyer répond bien à cette trilogie de critères gagnants. Pas de précipitation donc : tout est possible jusqu’à quelques heures avant la prochaine interview !

Dans tous les cas, les emails doivent être rédigés avec le plus grand soin, attention aux fautes d’orthographe, n’hésitez pas à les faire relire car le stress peut parfois vous faire passer à côté d’erreurs. 

La question du last minute

Si les timings sont courts, il n’en reste pas moins important d’anticiper un tout petit peu. Votre interlocuteur 1 doit avoir le temps de vanter vos mérites à votre interlocuteur 2 à la machine à café…

“Vous pouvez à la fin de vos entretiens demander « Y a-t-il un moment où vous serez moins joignable dans les jours qui viennent ? », car rien ne sert d’attendre si le recruteur est parti en vacances et au moins vous savez à quoi vous en tenir.”

Vous détenez désormais la check-list idéale pour optimiser votre temps entre deux entretiens… il ne reste plus qu’à déterminer quelles sont les options les plus adaptées à votre cas et – surtout – à vous faire confiance. N’hésitez pas par ailleurs à ressortir ce guide en cas de troisième ou quatrième entretien…

Enfin maintenez la relation en éveil.

« Il se peut que vous ne soyez pas sélectionné(e) pour ce poste ou que l’entretien soit exploratoire, vous faites alors partie des viviers de talents de l’entreprise, n’hésitez pas à entretenir cette relation ! Envoyez de vos nouvelles (pas plus de deux fois par an). J’ai de nombreux exemples de candidats qui ont ainsi été embauchés des mois ou des années plus tard.”

Bonne chance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles sur ce sujet