Comment ma reconversion a attiré les recruteurs : l’histoire de Stéphanie

Stéphanie Houssin est développeuse web chez de Particulier à Particulier depuis septembre. Son parcours est atypique depuis la fin de son parcours universitaire et sa première expérience professionnelle.

À partir du moment où elle a décidé de se former au sein de l’école en ligne OpenClassrooms à nouveau pour exercer un métier qui lui correspond vraiment, les étoiles se sont parfaitement alignées pour elle, jusqu’à son embauche avant même la fin de sa formation OpenClassrooms.

De la psychologie et des inventaires

Au départ, Stéphanie n’a pas forcément le profil web : “J’ai fait un bac littéraire puis j’ai fait des études de psycho et j’ai obtenu une maîtrise en psychologie cognitive. Finalement, je n’ai pas poursuivi dans ce domaine car je voulais commencer à travailler et donc j’ai été embauchée dans une boîte d’inventaires.”

Elle reste en poste plusieurs années puis l’entreprise est rachetée par un géant américain. Stéphanie a un déclic :

Même si j’ai fait parti des employés qu’ils ont gardés, cela a été un déclencheur pour moi. Je commençais à être lassée de ce que je faisais. J’étais sur les routes tous les jours. J’ai donc obtenu une rupture conventionnelle.

Stéphanie entame son processus de reconversion à l’étranger : “C’est arrivé complètement par hasard. J’ai pu partir à l’étranger et j’ai passé deux ans en Israël. Tout s’est joué à ce moment-là ».

J’étais à l’aube de mes 40 ans et je me suis dit qu’il était temps que je fasse quelque chose qui me plaisait.

« J’hésitais beaucoup entre le développement web et la cuisine. Là-bas, j’ai eu la chance d’avoir des expérience en cuisine, notamment dans une ambassade. C’était très intéressant mais j’en ai assez rapidement vu les limites.

Une formation financée par Pôle Emploi

L’idée du développement web et du code commence à faire son chemin dans l’esprit de Stéphanie : “C’est étrange, j’étais attirée par le développement mais mes connaissances en la matière étaient nulles. Je savais à peine ce que c’était le code. Dans ma tête, j’avais simplement envie de créer des sites Internet et très vite, je me suis rendue compte que c’était bien plus complexe que cela. Par ailleurs, j’ai toujours aimé les chiffres et j’ai imaginé qu’il y avait une logique commune avec le code. »

À son retour d’Israël, Stéphanie entame les démarches : J’ai retrouvé des droits Pôle emploi que j’avais réussi à geler avant de partir. Je suis donc allée demander le financement d’une formation en développement ».

On m’a d’abord dit que ma candidature pour OpenClassrooms avait peu de chance d’aboutir, mais je n’en ai pas démordu et j’ai obtenu une réponse positive le lendemain.

« J’ai donc suivi une formation en développement avec un diplôme à la clé. C’était vraiment très formateur et je suis contente d’avoir complété les connaissances en code avec une casquette de gestion de projet.”

Un recrutement simple et efficace

Incroyable parcours puisque Stéphanie n’a même pas le temps de terminer son parcours OpenClassrooms que son profil intéresse déjà les recruteurs : “Je suis même pas encore allée complètement au bout de la formation puisque j’ai trouvé du boulot quelques mois avant le dernier projet ».

Je n’ai même pas vraiment eu le temps de chercher. Un jour, je me suis simplement dit que j’allais actualiser mon compte LinkedIn, y ajouter mon CV et voir comment mon profil serait reçu. Je n’attendais rien. Pourtant, un recruteur m’a appelée pour me rencontrer car il avait deux postes à me proposer. Je suis allée aux entretiens extrêmement détendue puisque je pensais que ce serait un test et que je ne serais jamais prise. Le jour-même, j’ai eu une réponse positive.

Se reconvertir est un défi parfois long et fastidieux, mais Stéphanie est convaincue que c’est aussi ce qui intéresse les employeurs : “Les recruteurs ont beaucoup aimé le fait que j’étais en reconversion, c’est ce qu’ils recherchent pour ce type de poste ».

Le fait de se reconvertir après 40 ans, je pense que c’est montrer que l’on sait exactement ce qu’on veut, qu’on a bossé, galéré et qu’on a une grande volonté.

« Mon parcours universitaire a aussi intéressé. C’est vrai que dans mes études en psychologie, j’avais été confrontée à de la résolution de problèmes. Quand on y réfléchit, il y a énormément de similitudes avec le développement. J’ai retrouvé pas mal de mécanismes.”

Un parcours OpenClassrooms réussi qui prouve que tout est accessible, quels que soient l’âge ou les expériences passées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles sur ce sujet