Qu’est-ce que le design thinking ?

En deux mots : processus créatif.
Nous vous expliquons en quoi il consiste dans le  détail.

C’est utile pour toutes les personnes qui souhaitent faire une formation en UX design, ou simplement avoir des connaissances sur ce sujet Tech.

[Pour aller plus loin, suivez le cours Initiez-vous au design thinking]

Qu’est-ce que le design ?

Le mot “design” a émergé en Angleterre au 17ème, en ayant pour définition “thing shall be done”. Ce mot est issu du vieux français “designer”, venant du latin “designare”. Il signifie “marquer d’un signe”. Le design se réfère à la concrétisation d’une idée par un dessin, la formalisation tangible d’un concept, la production d’une solution.

Par extension, c’est aussi est une méthodologie de résolution de problèmes, à la croisée de l’art et de la science. Cette activité fait donc appel à nos deux hémisphères cérébraux, le côté gauche rationnel et le côté droit émotionnel, synthèse de la pensée analytique et intuitive.

Qu’est-ce que le Design Thinking ?

Jusqu’au années 90 on appliquait le design à des domaines d’application très circonscrits, comme le graphisme, le produit, l’architecture,  la mode, les interfaces, la mécanique…. En 1969, Herbert Simon, dans son ouvrage The Science of Artificial, considère pour la première fois le design comme “a new way of thinking” (“une nouvelle manière de penser”). Aujourd’hui on se sert de la manière de penser du processus créatif pour répondre à des enjeux stratégiques d’organisation, sans distinction de domaines d’application.

Dans les années 80, le Design Thinking a été théorisé à l’Université de Stanford. Au début des années 90, l’agence de design IDEO met pour la première fois ces concepts en pratique, afin d’aider ses clients à concevoir de nouveaux produits et services. Ces dernières années, de nombreux cabinets de conseil ont utilisé cette méthode.

Pourquoi utilise-t-on le Design Thinking ? 

Le Design Thinking est donc une méthodologie d’innovation, internationalement reconnue, pour créer des services, produits, expériences, stratégies, systèmes… On l’utilise spécifiquement lorsque la problématique n’appelle pas une typologie de réponse prédéfinie et que l’on ne veut pas restreindre le champ des possibles trop tôt. C’est une méthodologie qui peut s’appliquer dans tous les services des organisations. 

Par exemple, une problématique peut être transverse à plusieurs directions et avoir une multitude de manières d’y apporter une réponse. La recherche se focalise sur les utilisateurs. Donc, elle amène des insights (des points de connaissance des  consommateurs). Ces derniers peuvent porter soit sur leurs problématiques, leurs besoins, qu’on va chercher à solutionner au travers du produit ou service. La réponse apportée pour combler leurs besoins, est ainsi libérée des contraintes internes.  Alors, c’est plus simple  d’identifier la direction adéquate pour mettre en œuvre la solution. 

Quel est le processus d’innovation ?

Un projet débute par la définition d’une problématique précise à laquelle on apportera une réponse créative. La créativité s’exprime par les moments de divergence (ouverture au foisonnement) et de convergence (sélection de possibilités) à chaque étape. Un processus de Design Thinking est structuré en 3 phases distinctes et successives, même si des itérations peuvent exister en leur sein :

1- Inspiration : comprendre les besoins et aspirations des utilisateurs, ainsi que les enjeux économiques et techniques de leur environnement. 

2- Idéation : imaginer avec les utilisateurs et partenaires des solutions innovantes et parfaitement adaptées aux besoins. 

3- Implémentation : réaliser un prototype puis le tester directement auprès des utilisateurs afin d’avoir leur retour avant la mise en œuvre.

ou

L’atelier de co-création est un point central qui a pour but d’activer l’intelligence collective avec les parties prenantes pour imaginer ensemble des solutions nouvelles. 

Quelles sont les spécificités de la méthode ? 

Le Design Thinking place les utilisateurs au centre de la conception de services. En premier lieu car ce sont eux qui sont les bénéficiaires de l’innovation, mais l’objectif in-fine est de créer de la valeur en retour pour l’organisation. Ainsi, l’empathie est une condition fondamentale tout au long du processus, pour bien cerner les besoins des utilisateurs et leur apporter une réponse adéquate. Les utilisateurs peuvent être les clients d’une société, les citoyens d’un gouvernement, les sociétaires d’une coopérative ou même les collaborateurs d’une organisation. 

Autour des utilisateurs, la multidisciplinarité des acteurs en présence est essentielle car elle permet de répondre à la complexité des projets. Qu’ils soient utilisateurs, experts, collaborateurs, partenaires, l’ensemble des parties prenantes crée de la valeur tout au long du processus, si leur participation est intégrée à la démarche.

Quels sont les bénéfices de cette approche ? 

Le Design Thinking permet d’intégrer des critères d’usage, technique et économique dans la solution. Ce qui permet d’apporter une solution qui soit   : 

1- La désirabilité : s’assurer que la solution plaise à l’utilisateur

2- La faisabilité : s’assurer que la solution soit réalisable

3- La viabilité : s’assurer que la solution soit stable économiquement

Aujourd’hui de nombreuses organisations comme Apple, Airbnb mais aussi des villes comme Helsinki ou Los Angeles possèdent une direction du design (Chief Design Officer). La valeur et l’expansion du design est sans appel, alors qu’attend votre entreprise pour former les collaborateurs à cette approche et créer une direction du design ?  

Si cet article a aiguisé votre curiosité et a suscité l’envie de vous jeter dans l’expérience, beaucoup d’entreprises offrent maintenant des formations au Design Thinking. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles sur ce sujet