Une question de flexibilité

Comme j’en parlais dans le billet précédent, le démarrage est l’étape la plus délicate et la plus incertaine de la vie d’une entreprise. C’est à ce moment-là que vous avez le moins d’assurance de réussir, et donc le plus de chances de rencontrer un échec.

Un des éléments les plus pressurisants est sans nul doute le salaire. Si tant est qu’on puisse parler de salaire tout court d’ailleurs. Si on peut certes vivre en autarcie un moment, ce n’est clairement pas une solution viable à moyen terme (et je ne vous parle pas du facteur psychologique qui intervient).

C’est pour cela que je pense que, plus que tout autre chose, il faut savoir être flexible. Je vois des collègues entrepreneurs faire usage de cette flexibilité autour de moi, et d’une certaine manière je prends un peu la même direction. Attention, il ne s’agit pas pour autant de s’éparpiller, mais d’équilibrer à la fois son compte et le taux de stress qui peut en résulter.

Concrètement, je vais donner des cours à l’EFREI à partir de lundi. Plus exactement, je vais assurer des TP de langage C (puis plus tard de C++) auprès d’étudiants de L’3 (pour majorité issus de classe prépa et venant d’intégrer l’école). La particularité est que je n’aurai à donner de cours qu’un seul jour par semaine (le lundi justement) ce qui me laisse un maximum de temps libre le reste de la semaine pour m’occuper bien évidemment de Simple IT et du SdZ.

Quels sont mes objectifs et pourquoi je fais ça ?

  • Il y a tout d’abord l’aspect financier que j’évoquais au début. Cela permet d’équilibrer le compte personnel tout en investissant un minimum de temps pour ne pas perdre de vue l’objectif principal : la boîte.
  • Il y a ensuite un second aspect plus personnel, l’aspect pédagogique. Cela me permet de mettre en pratique les cours de C dans un contexte très « pratique » justement, puisqu’il s’agit de TP. Je peux mesurer l’efficacité de mes cours, ce qui fonctionne bien et ce qui peut être amélioré.
  • Il y a enfin un aspect plus professionnel, de prospection je dirais. Il me permet de « voir » vraiment une partie des visiteurs du SdZ (qui sont pour beaucoup des étudiants justement) et de cerner leurs attentes en dehors des tutoriels purs. Peut-être que des besoins seront exprimés (ou peut-être que je les sentirai), et cela peut aider notablement à l’orientation de Simple IT vers un marché ou un autre.

Sans vouloir lâcher le mot trop tôt, vous aurez certainement remarqué un sondage à propos d’un livre « Site du Zéro » et un autre à propos de ceux qui impriment déjà eux-mêmes les tutoriels. Ces sondages sont tout sauf anodins. Il nous reste, certes, encore beaucoup à faire (notamment du côté des décisions), et nous aurons le temps d’en reparler. Nos choix aujourd’hui auront des répercussions importantes demain, et il est vital pour nous de faire les meilleurs choix possibles.

En attendant que le contexte soit plus favorable, je maintiens une certaine flexibilité. Si en plus de cela je reste pratiquement autant disponible, c’est tout bénéf’. :)

23 Comment
  1. Je trouve ça relativement intéressant que tu passe de l’autre côté du bureau. En effet, depuis seulement quelque temps tu as fini d’être élève, et tu prends l’initiative (peut être proposé par quelqu’un) de passer de l’autre côté du bureau pour être prof.
    De plus ton travail de « tutorisation » de tes connaissances va enfin pouvoir avoir une « note » vis à vis de personnes en étude, un retour sur investissement va donc vraiment pouvoir ce faire.
    Ca risque de faire drôle à certaine personne de voir Matéo en tant que prof devant eux, enfin si tu ne te présente pas sous ton pseudo et tu ne dis pas quel est ton métier ni le site, ça risque de passer inaperçu.
    Sinon pour faire tes cours, tu vas leur dire: allé sur le site http://www.siteduzero.com, ou tu as refait un cours à partir de tes tutos?

    On pourra avoir un retour de ce travail? A savoir si tes cours se passe bien, si tes tutos sont bien compris…

  2. Encore merci pour avoir pris un peu de votre temps pour expliquer votre situation, c’est très enrichissant je trouve.

    En effet, c’est une très bonne idée je trouve, d’agir de cette façon en gardant un petit job rémunéré à côté en attendant le succès éventuel de l’entreprise (c’est tout le mal que l’on vous souhaite ! ;-) )

  3. Très bonne idée le « petit » boulot à côté :). Je prévois moi-même avec un ami de lancer notre société dans l’internet et je me demandai comment remplir les manques d’argent au début (bien que nous commencerons notre activité avant de nous lancer réellement).

    Merci bien pour toutes les informations, c’est très utile dans mon cas et dans celui de nombreuses autres personnes je pense ^^.

  4. Enfin, ça faisait longtemps que vous n’aviez pas écrit de billet. Je trouve ce billet moins intéressant que les précédents, mais bon c’est déjà pas si mal.

  5. Bonsoir,

    Je crois que le boulot temps partiel dans votre école est du pain bénit, car c’est un endroit d’échange et de transmission de savoir, de test, vu que vous allez faire du tp et de détection de nouveautés ,en plus rémunéré..bravo, bien vu, çà va rassurer votre banquier d’avoir une petite rentrée d’argent récurrente.
    Avec vos qualités d’ingénieur, avez-vous pensé à faire un peu de « rédaction technique » ?
    Comme je le disais dans un post plus haut, je suis technicien en matériel hyperbare et il m’arrive de prendre en plus de la rédaction technique anglais/français, vu la norme en France de mise sur le marché et mise en vente, dans mon domaine tous les appareils vendus doivent avoir un mode d’emploi en français…c’est la norme.
    Je crois qu’il y a une suite à proposer à des fabricants ou marques qui veulent toucher un plus grand panel de clients, non pas « non comprenant » mais quand on lit certains « mode d’emploi » ou « explication » c’est du discours et langage d’ingénieur, qui lui est là pour créer le produit et non pas de le vendre ou de l’expliquer au grand publique, explication = boulot du rédacteur technique, c’est lui qui doit traduire et rendre compréhensif le texte.
    Et faites le tour des secteurs où les modes d’emplois sont finis « à l’huile de foie de morue », çà risque d’être long :-D.
    Je crois qu’il y a une démarche à faire pour simple it dans ce secteur.
    Voilà on en reparle plus tard si vous le désirez.
    Sinon bonne continuation, bonne rentrée des classes, vous voilà prof d’un jour de semaine!mais prof quand même, c’est bien çà, il faut transmettre le savoir.

    A bientôt

    Olivier

  6. Franchement, quel parcours étonnant !
    Suivre ses études tout en réalisant un projet d’avenir, le concrétiser à la sortie de l’école et maintenant devenir prof dans son ancienne école tout en maintenant son entreprise !
    Je vous dis bravo ! Quel chance vous avez bien que ce ne soit pas de la chance mis le fruit de votre travail !
    Belle réussite !

  7. Galdon je te trouve pas tres sympa surtout que j’aime bien ce billet il raconte un peu la vie de l’entreprise les decision qu’il fait il nous laisse son entreprise les portes ouverte il nous permet de voir l’invisible des entreprises et je l’en remercie pour cela

    Ad normalement il ne peuvent ressentir la crise, au niveau de simple it puisqu’ils ne sont pas cotés en bourses

  8. Vous savez, être touché ou non par la CRISE (c’est bien de le mettre en majuscules vous avez raison ça fait peur) c’est pas la bonne question. La vérité c’est que tout le monde est concerné, le système étant interconnecté, tout le monde peut en subir plus ou moins les conséquences, c’est comme un jeu de dominos qui s’écroule vite. Maintenant là tout de suite notre plus grand danger c’est pas tant la crise que de faire les mauvais choix. Donc c’est plutôt la stratégie qui nous préoccupe, mais comme beaucoup nous suivons l’évolution des choses de près.

  9. C’est vrai que cela peut être une expérience intéressante de donner des cours dans votre ancienne école.
    Toutefois, il faut savoir que l’EFREI confie parfois à des membres d’EFFOR (une association de l’EFREI) le soin de faire les TPs aux L1. Ce n’est donc pas une nouveauté pour l’école ;) (je dis ça pour ceux qui ne connaissent pas l’école, hein :-° ).
    Au passage, avez-vous enseigné par le biais de cette association ?

  10. Super idée un livre SDZ.

    Perso j’aurais bien imprimé les tutos mais , si je me souviens bien, C plus C ++ il y en avait pour environ 800 pages , un peu cher en encre :)

    A coté de ça , j’ai acheté un bon bouquin de reférence sur le C++, qui m’est très utile maintenant que j’ai appris a coder grâce a votre tuto. Mais il est clair que je n’ai trouvé aucun livre dans le commerce qui soit aussi pédagogique et aussi agréable dans le cheminement que votre cours sur le SDZ.

    Si il en existait une version imprimée je serais certainement intéressé :)

    C’est bien les cours a L’EFREI, après en tant ingénieur je pense que vous avez moyen de trouver des petits boulots plus rentable financièrement. Donc c’est vrai que si l’aspect pédagogique viens compenser c’est non négligeable.

  11. Alors cette première journée de cours à donné quoi? Un bilan est nécessaire je pense, même si il est toujours bon de prendre du recul pour ne pas se tromper. Mais à trop reculer on fini par tomber :-°

  12. Salut,

    c’est toujours sympa de faire de l’enseignement, surtout dans le cadre de simple-it dont le domaine d’action est en grande partie la pédagogie.

    Sinon pour les plus jeunes il n’y a en effet rien d’exceptionnel au fait de donner des cours après un diplome de master ou ingénieur. Dans certaines écoles (notamment écoles d’ingénieur – pas mal à l’étranger aussi) certains élèves de master peuvent donner des cours (TD ou TP) à des élèves de licence par exemple. Là c’est un peu différent dans la mesure où il n’est plus étudiant mais il a quitté l’école il y a peu. L’EFREI semblant être une structure ayant un bon suivi de ses étudiants et une bonne proximité c’est sympa de leur part de donner un coup de pouce (financier et professionnel) à leurs anciens élèves. C’est aussi ce qui fait la réputation de ses écoles.

    Sinon, avis purement personnel, mais je pense qu’une des activités pouvant être assez rémunératrice tout en restant dans le cadre d’action de Simple IT est le consulting ou la formation. Avec un site aussi connu, un livre à ton nom, une bonne réputation au niveau pédagogie,… tu peux à mon avis sans souci trouver des entreprises prêtes à te payer pour une journée ou semaine de formation dans l’un de tes domaines de prédilection. Evidemment il n’y a peu de chances qu’ils te demandent d’apprendre le C depuis le début à leurs employés mais dans des domaines comme le HTML ou des vues plus poussées sur le web en général il doit pouvoir y avoir moyen de travailler. Et ce genre de contrat est en général assez rémunérateur. Il est aussi plus chronophage évidemment, tout dépend du format…

    Bonne continuation pour tout.

    ++

  13. Pour le livre, c’est une super idée.
    Si vous joignez en plus une clé USB avec le code des tutos et une distribution bootable pour commencer à coder « out of the box » ?

    Tu nous racontera la première journée, je penses que c’est intéressant de rester connecter avec le monde, ça fait des idée neuves dans l’entreprise.

  14. Bonjour,

    Un livre du Zér0s serait géniale. Avec tous les cours officiel du Site du Zer0s. Étant donnée que les tutoriels XHTML/CSS sont déjà dans un livre, il suffirait juste d’en faire un pour le PHP et pour le C/C++. Je trouve aussi que de donner des cours à l’EFREI est super. En plus, on est tous d’accord que Mathieu est un bon prof, non ?

  15. Bientôt des tutoriaux vidéos sur le SdZ ? Il suffit de te filmer un de ces lundis… Ca pourrait être sympa de voir si tu transmet aussi bien ton savoir par écrit qu’oralement =)
    Bon courage pour la suite en tout cas!

  16. Hello !

    Je me permet juste de glisser mon avis sur un éventuel bouquin de programmation. Je pense que les tutoriels ne vont pas assez loin pour pouvoir justifier la rédaction d’un livre. Ils sont certes très bien et font sans doute le plus difficile (apprendre la base de la base), mais j’ai peur qu’un manque de contenu se fasse trop vite sentir; surtout si l’on compare à d’autres ouvrages disponibles.

    Sinon, je vous souhaite bonne chance pour vos futurs projets.

    Les cours que tu vas donner à l’EFREI seront basé sur le tuto du SdZ ou sur un cours donné par un autre enseignant ?

  17. Nanoc > je ne donne pas de cours à proprement parler, j’aide les élèves lors des TP. Les cours ils les ont déjà eus via un prof.

    Quant au livre, on aura le temps d’en reparler mais c’est vraiment important pour nous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Plus d'articles sur ce sujet