Agar, alternante en Data Science chez Sereneo

Après des études en mathématiques appliquées et une première expérience du travail en tant que freelance, Agar Blohorn a décidé de se spécialiser en data science à 29 ans. Aujourd’hui, elle suit la formation Data Scientist en alternance chez OpenClassrooms. Dans le cadre de ce programme, elle travaille chez Sereneo, une entreprise spécialisée dans la gestion des relations clients. Si vous avez déjà discuté avec un chatbot de support sur un site Web, il est possible qu’il ait été créé par Agar ! Elle revient avec nous sur son parcours et son alternance.

Bonjour Agar ! Qu’est-ce que tu faisais avant cette formation en data science sur OpenClassrooms ?

J’étais en train de préparer mon Master 2 en mathématiques appliquées. Entre-temps, j’ai fondé ma famille et je n’ai donc pas réussi à trouver de travail en parallèle. Je devais faire une thèse, mais je n’ai pas eu le financement qu’il fallait. 

J’ai déménagé en Île de France, car mon mari a trouvé du travail ici et j’ai travaillé un peu en freelance. J’ai écrit des articles de vulgarisation sur le machine learning et les mathématiques derrière la machine learning.

En parallèle, j’ai continué à chercher un travail, sans trouver. J’ai donc décidé de me spécialiser dans la data science avec OpenClassrooms.

Pourquoi la data science ?

D’abord, parce que c’était une voie où je pouvais trouver plus facilement du travail. C’est vrai que je cherchais quand même un domaine qui était assez ouvert. 

Et puis, la data science ça me plaît beaucoup parce que ça touche à plusieurs domaines, plusieurs thèmes de la vie du quotidien.

On peut intégrer les mathématiques aux différentes thématiques de la vie de tous les jours, et c’est ce qui m’attire le plus.

Tu es en alternance. Pourquoi ce choix, comment ça se passe pour toi?

L’alternance était très importante pour moi, parce que justement, quand je cherchais du travail, le problème principal était que je n’avais pas d’expérience.

Donc, il fallait absolument que j’intègre une première entreprise pour pouvoir ensuite trouver plus facilement un CDI ou un travail stable, ou même trouver ma voie professionnelle. 

Même si avec OpenClassrooms, je réalise neuf projets qui sont censés donner de l’expérience et pouvoir prouver à l’employeur que j’ai des bases solides, j’ai préféré prendre l’alternance avec la formation. 

Aujourd’hui, j’ai intégré une entreprise qui est spécialisée dans la gestion des relations clients, Sereneo. Je m’y occupe d’écrire les scripts destinés à être intégrés dans un algorithme pour chatbots (agents conversationnels sur les sites Web, etc). En plus d’écrire des scripts, je fais la aussi de la configuration qui permet à la machine de reconnaître le langage naturel.

Et ça te plaît ?

Oui, plutôt ! Alors pour être honnête, écrire des scripts, c’est super au début mais au d’un moment, ça peut devenir un peu ennuyeux.

Mais ce qui est intéressant, c’est vraiment de configurer avec les composants de machine learning pour voir comment l’outil permet de reconnaître le langage humain. Là, ça devient vraiment passionnant. 

D’ailleurs, pour trouver ton entreprise actuelle, tu as eu un coup de pouce d’OpenClassrooms, le coaching. Peux-tu nous partager ton expérience ?

Oui, bien sûr ! Ma coach m’a beaucoup aidée. Elle m’a permis d’avoir plus confiance en moi et surtout de foncer. On se met souvent des barrières pour rien, parce qu’ensuite, quand on a fait ce sur quoi on bloquait, on se dit toujours que ce n’était pas si difficile.

Ma coach était top, vraiment, je l’en remercie ! Sans elle, je ne sais pas si je serais arrivée à envoyer 25 candidatures par jour… C’était ce qu’elle m’avait demandé. Je me rappelle que je me réveillais à l’aube, parce que c’était le moment où j’étais le plus efficace. Puis je cherchais les annonces et ensuite, vers 8h ou 9h, j’envoyais mes candidatures en masse ! C’était assez marrant, mais c’était dur. 

Un conseil pour ceux qui cherchent une alternance ? 

Si j’ai un conseil à donner, c’est surtout d’envoyer des candidatures. Une fois que la préparation du CV est parfaite, qu’on a une lettre de motivation propre, il faut y aller. Ensuite, il faut changer quelques phrases, quelques paragraphes en fonction de l’offre d’emploi à laquelle on postule. Mais quoi qu’il arrive, il faut envoyer, que ce soit en candidatures libres, par email, par Linkedin, pourquoi pas aussi en allant demander sur place… Il faut passer par tous les moyens, et ne pas s’arrêter ! Et normalement au bout d’un moment, vous devriez y arriver sans aucun problème.

Tu as été accompagnée par deux mentors aussi, pendant ta formation. Peux-tu m’en dire un peu plus ?

Oui, bien sûr ! Au début, j’ai eu un mentor qui m’a accompagnée sur mon premier projet et la moitié du deuxième. C’était quelqu’un de très cadré, efficace ! Mais il a déménagé au Canada et j’ai dû en changer. J’ai donc rencontré un second mentor, qui était très différent du premier ! Il avait une approche plus responsabilisante, moins cadrée. Et justement, il était très complémentaire avec le premier. Il m’a vraiment fait pousser plus loin mes projets et devenir plus autonome.

Être très guidée, c’était parfait au début, parce que j’avais besoin de ça pour être à l’aise. Et après, une fois rentrée dans la formation, il fallait que je j’acquière de l’autonomie. Avec ma deuxième mentor, j’ai été à bonne école !

Est-ce que tu peux nous raconter un peu ce qu’est un projet ? 

Les projets consistent à entrer en immersion dans notre rôle de data scientist. On a un sujet issu d’un scénario professionnel où sont bien expliquées les attentes. Et nous, on essaie, à travers les données qui sont à disposition, de réaliser des analyses et de créer des algorithmes de machine learning pour pouvoir répondre à la problématique de l’employeur. L’objectif est ensuite de vulgariser toutes ces étapes dans un PowerPoint et de le présenter à l’employeur (joué par un mentor validateur qu’on ne connaît pas) de la manière la plus claire possible, avec plusieurs solutions à sa problématique. 

Comment se passe ta formation, le fait d’être en alternance entre tes projets et le travail ?

Dans la formation, je m’éclate, c’est clair, parce qu’on a un champ libre énorme.

Le mentor est là pour nous dire qu’on va dans la bonne direction. Mais ensuite, on est libre d’utiliser les ressources à notre disposition. Par exemple, en data science, il y a des librairies pour le langage Python. Nous sommes libres d’utiliser celle de notre choix, d’apprendre de nouvelles choses, tant qu’on a les bases et les fondamentaux qu’on doit présenter à la fin du projet.

C’est vraiment génial, je pense qu’on ne peut l’avoir qu’avec OpenClassrooms. En entreprise en général, c’est très cadré. On attend quelque chose d’assez précis et donc, à part apprendre de notre côté, en dehors du cadre du travail, c’est un peu compliqué. Mais là, on fait vraiment tout en même temps et c’est super. C’est vraiment une formation intensive. 

Est-ce que tu arrives à jongler avec ta vie de famille ? 

C’est vrai que je suis maman, c’est pas évident. Il faut se fixer des horaires de travail et ensuite tout couper pour pouvoir s’occuper du petit.

Mais je m’en sors, je suis efficace. L’organisation, c’est le nerf de la guerre !

Et donc, la suite après ton alternance, c’est quoi ? 

Je suis dans une entreprise qui va normalement me proposer une thèse. Je ne sais pas encore trop si je vais accepter : comme je suis maman, j’ai envie de sortir du cadre d’étudiant et de rentrer vraiment dans la vie professionnelle. 

Et en plus de ça, j’ai plein d’idées en tête maintenant, parce que la formation m’a vraiment ouvert l’esprit. À l’époque, je voulais uniquement trouver un travail, peu importe ce que c’était ! Je cherchais quelque chose qui me permette d’avancer. 

Maintenant, je vois les choses de manière un peu plus large, je sens que je peux me lancer. Je peux collaborer avec des gens avec qui j’ai parlé pendant ma formation, des gens que j’ai connus sur LinkedIn aussi. 

La personne qui m’a aidée à trouver mon alternance m’a aussi appris à utiliser Linkedin et interagir avec des gens. C’est très utile, car je connais maintenant pas mal de personnes dans le milieu de la data science – je pense que c’est ce qui s’appelle le réseau et ça me sert beaucoup (rires). 

Donc, c’est vrai que la thèse, même si c’est très intéressant, je ne sais pas si c’est ce qu’il me faut aujourd’hui. Mais j’ai encore le temps de me décider.

Maintenant que tu as un peu de recul, quel est ton avis sur OpenClassrooms ?

Je recommande à 100% ! Quand tu as vraiment un blocage, que tu te sens un peu tout seul face à ton projet, dès le premier appel, on te met à l’aise, on t’explique comment ça se passe.

On te dit qu’il y a des mentors qui vont t’accompagner. Et c’est la vérité, ils sont vraiment là, ils comprennent ta personnalité et y vont petit à petit.

Donc, si tu es timide, on va te pousser un petit peu, mais pas trop pour que tu ne sois pas non plus trop perdu. En plus, ton mentor est là pour te rebooster au besoin, à l’aide de plusieurs stratégies. Des choses auxquelles tu ne penses pas forcément : par exemple, “vas-y, essaie tous les moyens, essaie Linkedin, essaie les emailings, essaie les candidatures spontanées…”. Avec ces encouragements, c’est plus facile de s’y mettre.

Au niveau de la formation, c’est aussi génial, parce que comme je le disais tout à l’heure, on a le champ libre dans l’apprentissage. Il suffit d’être motivé, d’en vouloir. Cette formation permet de la liberté, de l’adaptabilité, mais aussi de se trouver soi-même. Ça m’a permis de me connaître un peu plus d’un point de vue professionnel. En plus, c’est en télétravail : on peut donc travailler d’où on veut. 

En tout cas,  quel que soit l’endroit d’où l’on travaille, on est assez accompagné pour ne pas se sentir enfermé dans ce que l’on fait, et ça c’est rare.

_________

La stratégie de spécialisation sur un métier en forte demande semble avoir réussi à Agar ! L’accompagnement OpenClassrooms lui aura permis d’effectuer une transition vers son nouveau métier de manière sereine, en dépassant les blocages qu’elle pouvait ressentir et en apprenant à valoriser son profil. Des compétences qu’elle pourra réutiliser tout au long de sa carrière !

Vous aussi, vous vous intéressez à la data science ? Rendez-vous sur la page parcours de la formation pour découvrir son contenu. Vous pouvez aussi suivre les cours dispensés sur le parcours gratuitement ; cela vous donnera un bon aperçu pour vous lancer sur cette formation professionnalisante. 

Le Data Scientist : entre optimisation de la donnée, analyse et projection

Le coaching chez OpenClassrooms

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Plus d'articles sur ce sujet