Formation en alternance : la grande gagnante de l’apprentissage

Dans un monde du travail en pleine mutation, la capacité des étudiants à s’adapter aux besoins de leur future entreprise est cruciale. Les attentes en matière de parcours ont donc considérablement évolué. Et d’un cursus qui avait autrefois tendance à être négligé, la formation en alternance est aujourd’hui prisée par un nombre toujours plus important d’apprenants, d’entreprises, mais aussi d’établissements. 

Dans cet article, nous vous proposons de faire un zoom sur les avantages concrets de l’alternance. Mais aussi, sur les mécanismes qui ont permis d’en augmenter la popularité, dont la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage. 

La réforme de la formation en alternance : qu’est-ce qui a changé pour les alternants ?

Passée en 2019, la réforme de l’apprentissage n’a en réalité été mise en œuvre que depuis le 1er janvier 2021. La bien nommée “Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel » a introduit plusieurs nouveautés pour les étudiants en alternance. Mais elle a surtout permis de redonner ses lettres de noblesse à une formation qui souffrait d’un manque de popularité et de reconnaissance.  

Via quels leviers ? 

Tout simplement, en commençant par repousser la limite d’âge pour se lancer dans une formation en alternance. Après une première phase d’expérimentation, l’âge maximum pour être éligible à un contrat d’apprentissage est désormais passé définitivement de 25 à 29 ans révolus (sauf pour les sportifs de haut niveau, créateurs d’entreprise et  RQTH). Une avancée qui permet aux apprenants de poursuivre leurs études, ou de les reprendre après une première incursion dans le monde du travail. Cette modalité ne concerne pas le contrat de professionnalisation.

Autre coup de pouce donné aux alternants : une aide financière de 500 € pour apprendre à conduire. En finançant en partie le passage du permis (à condition d’avoir démarré son contrat depuis moins d’un an), la réforme de l’alternance permet également aux étudiants de gagner en mobilité. Et d’ajouter une nouvelle ligne à leur CV, très appréciée des recruteurs ! 

Alors que près de 30 % des contrats d’apprentissage sont rompus chaque année avant leur terme, cette nouvelle loi empêche désormais qu’une telle rupture se solde par une année perdue pour l’alternant. Il pourra ainsi prolonger de 6 mois sa formation, et donc terminer son année. Son CFA recevra même une aide pour l’aider à financer la période non couverte par son employeur. 

Plus de souplesse, et plus d’informations 

Une autre nouveauté introduite par la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage est d’abaisser la durée minimale du contrat d’apprentissage. Elle allait jusqu’alors de 1 à 3 ans, et passe désormais à 6 mois. Une différence notable, qui permet de faire entrer dans le giron de la formation en alternance d’autres cursus plus courts. Le contrat de professionnalisation pourrait quant à lui se voir étendu d’une année (en passant de 2 ans à 3 ans maximum). 

Afin d’accompagner la montée en popularité de la formation en alternance, des efforts ont également été concédés en matière d’orientation. La réforme de l’apprentissage se propose par exemple d’organiser dès la classe de quatrième des journées d’information. Chaque année, les collégiens pourront ainsi se renseigner sur les filières d’apprentissage concernées. Mais aussi, sur les métiers auxquels ils peuvent accéder par ce biais !

La campagne de communication #DémarreTaStory, lancée par le gouvernement, a également participé à redorer l’image de l’apprentissage aux yeux des étudiants et de leurs parents. 

Pour finir, la création de France Compétences est venue chapeauter l’ensemble de ces efforts. Cette nouvelle instance est chargée de répartir au niveau national les contributions des entreprises. Elle veille également à la qualité des formations. 

La prime apprentissage : un coup de pouce pour les entreprises qui accueillent les alternants 

Une aide est également accordée désormais aux entreprises qui recrutent des alternants. Cette prime permet d’inciter les employeurs à s’engager dans la formation de leurs potentiels futurs salariés.

Pour ce qui concerne les contrats d’apprentissage signés entre le 1er juillet et le 31 décembre 2022, l’aide est la suivante

  • 5 000€ maximum pour la première année, si l’apprenti est mineur ;
  • 8 000€ maximum pour la première année, si l’apprenti est mineur ;

Attention : pour bénéficier de cette aide, le diplôme ou le certificat professionnel préparé en contrat d’apprentissage ne doit pas être supérieur au niveau Bac +5.

Pour les contrats de professionnalisation, l’aide, d’un montant de 8 000€ maximum, dépend de plusieurs facteurs et notamment celui de l’âge de l’alternant :

Si l’alternant a moins de 30 ans : 

  • la prime s’applique jusqu’au 31 décembre 2022 ;


Si l’alternant a 29 ans révolus, il doit être :

  • âgé d’au moins 30 ans pour les contrats conclus du 1er novembre 2021 au 31 décembre 2022 ;
  • inscrit comme demandeur d’emploi en recherche active d’emploi ;
  • et, pendant au moins 12 mois au cours des 15 derniers mois, avoir été demandeur d’emploi et n’avoir exercé aucune activité professionnelle ou avoir exercé une activité professionnelle d’une durée maximale de 78 heures mensuelles ;
  • préparer un diplôme ou un titre à finalité professionnelle équivalent au plus au niveau 7 (c’est-à-dire, à l’exception du niveau 8 de diplôme, équivalent à celui du Doctorat) ou préparant un certificat de qualification professionnelle (CQP) ;
  • âgé d’au moins 30 ans pour les contrats de professionnalisation conclus entre le 1er juillet 2022 et le 31 décembre 2022, à l’issue d’une préparation opérationnelle à l’emploi individuelle (POEI) ou d’une formation nécessaire à l’acquisition des compétences requises pour occuper un emploi correspondant à une offre déposée par une entreprise auprès de Pôle emploi.

D’autres aides peuvent également être octroyées à l’entreprise si l’étudiant recruté est en situation de handicap. 

Pourquoi de plus en plus d’étudiants choisissent-ils la formation en alternance ?

Forte de cette réforme, et des aides accordées aux entreprises pour embaucher des alternants, la formation en alternance n’a jamais été aussi populaire auprès des étudiants. 

D’après les chiffres publiés par le ministère du Travail, elle aurait battu un nouveau record en 2021 ! La barre des 700 000 contrats d’apprentissage a en effet été dépassée l’année dernière. Cela représente une hausse de plus de 40 % par rapport à l’année 2019, précédant la mise en œuvre de la réforme de la formation professionnelle et de l’apprentissage. 

Cette hausse est d’autant plus positive qu’elle ne se limite ni à un secteur, ni à un cursus ou diplôme. Les entreprises privées représentent en effet l’écrasante majorité des employeurs d’alternants. Sur un total de 718 000 contrats signés, 698 000 l’ont été dans le secteur privé. C’est une multiplication par 2,4 qui a eu lieu entre 2017 et 2021 ! 66 % des contrats d’apprentissage signés dans le privé émanent de plus des startups, TPE et PME. 

Tous les secteurs d’activité sont également concernés. Si c’est celui des services qui mènent la marche (71 % des contrats signés), ce dernier englobe des verticales très différentes. Le commerce a généré plus de 160 000 contrats. Viennent ensuite le conseil et l’ingénierie, puis la banque, l’assurance et l’immobilier. 

La formation en alternance représente donc de plus en plus une voie privilégiée vers des métiers d’avenir. C’est aussi une première porte d’entrée sur le monde du travail, et une excellente opportunité de booster son employabilité. Le tout, à moindre frais…

Une formation rémunérée 

L’un des premiers avantages de la formation en alternance est la rémunération. Elle permet en effet aux étudiants de travailler et de se former en parallèle. Un point important qui les aidera à assumer un loyer et leurs charges. Les frais de scolarité sont également nuls pour l’alternant, puisqu’ils sont couverts par son centre de formation et son entreprise. 

Allier théorie et pratique 

Alors que les études démontrant l’intérêt d’expérimenter et de pratiquer une compétence pour se l’approprier se multiplient, l’alternance s’impose comme une formation concrète et efficace. 

Cette formule hybride, qui permet aux étudiants d’étudier dans un cadre à la fois théorique et concret, est clairement l’un de ses plus gros points forts. Les alternants se frottent ainsi directement au monde du travail. Ils peuvent alors mettre en pratique les enseignements qui leur ont été transmis au sein de leur centre de formation. Mais ils ont surtout la possibilité de vérifier en direct si la voie qu’ils ont choisie leur correspond réellement !

Contrairement aux autres cursus de formation traditionnelle, ils n’ont pas à attendre de décrocher leur premier poste pour découvrir si leur futur métier est épanouissant ou plutôt monotone. La mise en pratique de leurs compétences est également un puissant vecteur de confiance en soi et d’autonomie. Deux atouts qu’il leur sera très facile de valoriser dans leur parcours professionnel, mais aussi et surtout en entretien de recrutement !

Un premier pas dans le monde de l’entreprise 

Ce n’est pas un mythe : la formation en alternance permet réellement de renforcer l’employabilité des étudiants.

D’après les chiffres du ministère du Travail, 60 % des alternants en moyenne ont déjà trouvé un emploi dans les 6 mois suivants la fin de leur apprentissage ! Dans certains secteurs, ces taux d’insertion sont encore plus élevés. Ils atteignent 69 % dans l’énergie, et 64 % pour la finance et la comptabilité.

Une autre étude menée par le Céreq (Centre d’études et de recherches sur les qualifications) en 2021 montrent également que les alternants décrochent plus facilement un CDI. Et ce, aussi bien dans l’entreprise qui les a accueillis dans le cadre de leur formation en alternance que dans une autre organisation. 

Ces chiffres s’expliquent très facilement par le format spécifique de l’alternance. Contrairement aux autres étudiants, les alternants ont en effet une bien plus grande compréhension du monde de l’entreprise. En plus de leurs connaissances théoriques, ils ont acquis une véritable expérience professionnelle. Ce qui les rend naturellement plus attrayants que les autres candidats. 

L’employabilité des alternants sera d’autant plus forte dans les prochaines années que les entreprises intègrent désormais l’apprentissage dans leur stratégie de recrutement. Le réseau de magasins spécialisés dans le multimédia Hubside Store a par exemple lancé sa propre Académie. Une école d’entreprise avec son propre parcours de formation en alternance, qui permet de répondre à ses besoins spécifiques. Et de pré-sélectionner les futurs employés qui viendront occuper les 164 postes vacants. 

La formation en alternance : des horizons toujours plus larges

L’alternance attire également toujours plus d’étudiants en raison des nouvelles portes qu’elle peut désormais leur ouvrir. Son principal atout est de proposer des cursus extrêmement diversifiés. Et ce, aussi bien en termes de niveaux des diplômes, de la durée des études, ou encore des disciplines enseignées. 

Afin de répondre à une demande toujours croissante des apprenants comme des entreprises, de nombreuses filières se sont ouvertes à la formation en alternance. Cette dernière s’est d’ailleurs fortement développée auprès des grandes écoles, qui font la course en tête en matière d’apprentissage. 

De fait, un étudiant sur 5 sortant d’une école de commerce a aujourd’hui suivi son cursus en alternance. C’est le cas notamment à l’Essec, qui fut la première business school à proposer l’alternance en 1993. Un pari gagnant pour les établissements, comme pour leurs étudiants. Ces derniers trouvent en effet un emploi en moins de 6 mois après avoir obtenu leur diplôme dans 90 % des cas !

L’alternance, pas un choix par défaut

La formation par alternance sort donc grande gagnante aussi bien en termes d’engouement auprès des étudiants que de leur insertion sur le marché du travail. Elle est désormais plébiscité par les jeunes. Pour 86 % d’entre eux, il s’agit d’un véritable choix. Mais aussi, d’un véritable ascenseur social…

30 % des alternants révèlent ainsi qu’ils n’auraient pas poursuivi leurs études en formation initiale s’ils n’avaient pas eu accès à un contrat d’apprentissage. Une option qui profite grandement aux jeunes dont les parents ne sont pas issus des CSP+. Ces derniers, qui ne peuvent pas forcément compter sur leur famille pour financer leurs études, ou sur leur réseau personnel pour décrocher un emploi, font de l’alternance un véritable levier de développement professionnel !

Vous envisagez de suivre une formation en alternance ? Chez OpenClassrooms, nous pouvons vous accompagner et vous former aux métiers d’avenir du numérique ! Nos formations réalisées 100 % en ligne vous permettent d’obtenir un diplôme équivalent bac +2 à bac +5 reconnu par l’État. Développement web, data, RH et gestion, systèmes et réseaux, marketing et communication, ingénierie pédagogique, gestion de projet, business, design… Les domaines de compétences que nous proposons sont variés !

Bénéficiez d’un suivi personnalisé : dès que votre dossier est validé, nous mettons à votre disposition un coach professionnel OpenClassrooms, pour vous aider dans votre recherche d’entreprise d’accueil. 

Pour en savoir plus et postuler, rendez-vous sur la page de formation en alternance d’OpenClassrooms !

 

Alternance atouts

1 commentaire
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Plus d'articles sur ce sujet